Qu’est-ce que le HTTP3 ?

Technique

27 mai, 2019

L’HyperText Transfert Protocol (HTTP) a été inventé par Tim Berners-Lee pour créer le World Wide Web, avec également les adresses Web et le langage HTML. En novembre dernier l’Internet Engineering Task Force (IETF), réunie à Bangkok, a décidé de renommer le protocole expérimental HTTP-over-Quic (Quick UDP Internet Connections) -développé par Google- en HTTP3.

Ce dernier est déjà utilisé par certains groupes mondiaux tels que Google ou encore Facebook. Cette évolution du protocole s’avère très rapide sachant que la première version HTTP1.1 est sortie en 1999, la seconde HTTP2 en 2015 et le HTTP3 “seulement” 4 ans plus tard, en 2019.

Concernant les protocoles HTTP et surtout HTTP2, nous en avions largement parlé dans notre précédent article sur le sujet.

visu1 Quest ce que le HTTP3 ?

Les changements

A priori , QUIC (HTTP3) diffère peu du protocole TLS+TCP+HTTP2. Ce qui change surtout, c’est le changement de couche de transport.
TCP est implanté dans le noyau du système d’exploitation, ce qui rend les changements majeurs presque impossibles. QUIC ne souffre pas de telles limitations étant donné sa construction sur UDP.

Les principales évolutions de QUIC incluent :
 – la réduction significative du délai de connection
– le contrôle accru de la congestion
– le correcteur d’erreur direct
– le multiplexage sans entête de ligne bloquant

visu2 Quest ce que le HTTP3 ?

TCP / UDP

Ces deux protocoles de couches de transport sont radicalement différents, bien qu’ils servent tous deux à échanger des paquets d’informations entre deux machines à l’aide de leurs IP et d’un numéro de port.

TCP établit d’abord une connexion entre les 2 machines à l’aide de l’IP et du port afin de mettre en place une communication bidirectionnelle pour permettre l’envoi des paquets. Il est dit “StateFull”.

TCP sert de base à de nombreux protocoles de la couche application :
– HTTP
– FTP qui permet l’échange de données entre deux ordinateurs
– POP3/IMAP qui permet la récupération d’emails
– SMTP qui permet l’envoi d’emails

UDP quant à lui contient dans le paquet l’ensemble des informations de connexion (IP et port). C’est un protocole “StateLess”.

Le paquet UDP va alors être acheminé via Internet jusqu’à sa destination finale.

UDP est utilisé pour :
– Les protocoles de résolution de nom de domaine (DNS), qui permet de faire la liaison entre une adresse IP et un nom de domaine.
– Wake on Lan, qui permet le démarrage d’un ordinateur à distance à l’aide d’un paquet magique.
– Et maintenant QUIC dans une version améliorée par Google.

Une évolution très rapide

Sachant que le protocole HTTP2  date de moins de 4 ans, son taux d’adoption est encore faible, environ 37.3% selon W3Techs. Et voilà que l’on passe déjà au protocole suivant.

Le passage du HTTP1.1 au HTTP2 (HTTP3 sortant officiellement en juin 2019) se fait automatiquement chez la plupart des hébergeurs. Néanmoins dans certains cas, il est nécessaire de faire une demande de migration sur un serveur HTTP2 (ou HTTP3) pour profiter de ses avantages. Pensez à vous rapprocher de votre hébergeur pour connaître votre version actuelle !

visu3 Quest ce que le HTTP3 ?

Pour finir, aujourd’hui seulement environ 1,3% des 10 millions de pages Internet les plus consultées au monde sont compatibles QUIC / HTTP3. Ce chiffre devrait toutefois rapidement évoluer maintenant que l’IETF a commencé à communiquer sur ce nouveau standard d’internet.

Sources
Kinsta
Wikipédia

 

Laisser un commentaire.