Le grand retour du QR code

Digitalisation, Technique, User Experience

14 déc, 2020

Aujourd’hui, on vous parle du QR Code, ce petit pictogramme longtemps mis aux oubliettes mais qui a su s’imposer pendant cette crise sanitaire. Une petite forme géométrique composée de caractères noirs peut désormais contenir n’importe quel type de document : cv, format vidéo, carte de restaurant et bien d’autres encore. Dans un monde de plus en plus ouvert au sans contact, c’est devenu un indispensable, un allié précieux qui s’accorde à son temps et à la demande. En effet, d’après une enquête menée début septembre par MobileIron à laquelle près de 2 200 participants ont répondu aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, 64% des interviewés  indiquent que ces codes simplifient la vie. Mais quelle est donc l’histoire de ce phénomène et quelles sont ces opportunités actuelles ? 

Une arrivée en grande pompe pour une disparition soudaine 

Né en 1994 au Japon, son usage s’est démocratisé à la fin des années 2000 grâce à la mise en place sur le marché de smartphones dotés d’appareils photo capables de scanner des pictogrammes. Dès cet instant, le QR code est apparu sur toutes les lèvres : les médias en parlent comme d’une avancée révolutionnaire.

Petit à petit, il fleurit partout dans l’espace public : sur le mobilier urbain, les quais de métros, sur les uniformes des employés de fast-food, sur des bus, des emballages…  

Mais voilà, son utilisation est un peu fastidieuse, juste assez pour décourager. Il faut dans un premier temps télécharger une application tierce, indispensable pour lire le QR code. Étant donné la rapidité de téléchargement d’une application en 2013, la plupart des potentiels utilisateurs abandonnent l’affaire très rapidement. Pour les plus téméraires, c’est la qualité des appareils photo de l’époque qui pose problème : pas assez puissants, les photos prises sont généralement illisibles pour ces apps. 

Le flashcode ne séduit pas, on le boude. Pire encore, il nous agace, voire nous rend maboule. Qui ne s’est jamais battu avec un QR code à l’époque des Wiko ?

En 2011, seuls 20% des propriétaires de smartphones utilisent un QR code en Europe et aux Etats-Unis. Coup dur pour un projet qui promettait tant. Révolutionnaire sur le papier, il reste encore quelques détails à régler, les technologies de l’époque ne permettant pas d’exploiter totalement le potentiel qu’il présente.

Alors quand il disparaît subitement quelques mois seulement après son arrivée fracassante en France, personne ne le pleure. Au contraire, la France se réjouit de dire adieu à ces pictogrammes qu’elle aurait préféré ne jamais connaître.  

Comme celui de Mylène Farmer, un come back que l’on n’attendait plus

Mais ça, c’était sans compter sur le coronavirus. En arrivant en France, il ramène également ce mal aimé des années 2000 avec lui. Épidémie oblige, attablés au restaurant ou pour un verre, plus question de demander une carte : les petits symboles noirs et blancs revêtent toutes les tables. Les services publics ont pareillement recours à cette technologie à des fins sanitaires, que ce soit pour le traçage, le profil des voyageurs, ou encore l’accès aux tests de dépistage.

Pour le petit rappel, en 2017, Apple avait décidé d’intégrer la détection automatique de QR code dans l’appareil photo de ses smartphones, suivis quelque temps plus tard par certains Android. À partir de ce moment-là, les flashcodes sont timidement réapparus, notamment dans les publicités Deliveroo, pour répondre aux enjeux de drive-to-app de la marque. Mais c’est avec la Covid 19 qu’il a réellement fait son grand retour.  La vue d’un QR code ne nous inspire plus flemmardise et agacement, son utilisation devient synonyme de rapidité et efficacité.  

Le QR code au service des marques 

Le QR code n’est pas seulement au service de l’amélioration de nos cadres de vie, mais c’est aussi une réelle opportunité dans le marketing.

Aux Etats-Unis, Lacoste mise sur cette technologie pour rassurer ses employés et sa clientèle. Dans les boutiques américaines de la marque, les clients peuvent scanner un QR code indiquant le nombre de fois et le moment où le magasin a été désinfecté pour la dernière fois. Développée avec l’entreprise de technologie Yoobic, l’application mobile sur laquelle renvoie le QR code précise aussi la capacité actuelle du magasin, afin de ne pas en dépasser le seuil.

L’utilisation des flashcodes in-store n’est pourtant pas une nouveauté, Nike y a notamment eu recours en 2018 aux USA pour informer ses clients des couleurs et tailles disponibles en boutique et online.

Après une phase de test au Japon, Instagram a généralisé en août dernier la possibilité d’utiliser les flashcodes pour partager son profil plus rapidement. 

Ainsi, nous nous apercevons que ces utilisations sont multiples, mais est-ce que ça s’arrête seulement ici ?

Et les médias ?

Les flashcodes s’invitent aussi à la télévision : le JT de France 2  a donc intégré dans le cadre de son opération un QR code  “On vous Répond”. Un simple flash permet aux téléspectateurs d’adresser leurs questions sur la crise sanitaire à la chaîne, simplifiant ainsi le circuit.

image 1 article mel ok ok Le grand retour du QR code

350 000 visites ont ainsi été générées sur le formulaire On Vous Répond, avec des pics pouvant aller jusqu’à 40 000 visites par jour. 

Côté publicité, il y a aussi du nouveau : TF1 Pub a intégré le format Shoppable Ads dans ses conditions générales de vente pour 2021. Cette modification va permettre aux annonceurs de diffuser un flashcode à côté de sa copie télé. « Ce type de format allie branding et e-commerce, avec l’idée de rebond de l’un à l’autre. Le QR code est un deuxième canal », avance Sylvia Tassan Toffola, directrice générale de la régie du groupe TF1.

Avec les offres S6lidaire et M6 Adressable QR code sur les TV connectées, M6 va alors proposer un service similaire, tout comme FranceTV Publicité et son offre Shoppable TV. 

Des QR codes artistiques

Reste que le QR code présente un petit problème, mais cette fois-ci, d’ordre esthétique. Le studio Lyonnais TakeOff s’est donc donné pour mission de les rendre plus attrayants. Cette même enseigne a notamment travaillé pour le compte de Nike et a désigné pour la célèbre marque un flashcode totalement inédit, en intégrant le QR code à une illustration afin de le rendre invisible.

article mel 2 ok Le grand retour du QR code

Autrefois utilisé à tort et à travers par effet de mode et décourageant par le temps et l’effort de concentration qu’il demandait, le flashcode a réussi son come-back, doté aujourd’hui d’une réelle utilité. La question repose désormais sur le fait de savoir si sa manipulation sera aussi importante au déconfinement. Un retour à la case départ pour le QR code ? 

Sources :

Stratégies

Les Echos

l’ADN

RTBF

La Revue du Digital

Huffington Post

Laisser un commentaire.