Quel futur pour l’UX design ?

Brand Content, User Experience

21 mar, 2018

Nul besoin de remettre en question la valeur de l’UX Design et de son importance dans les stratégies digitales. Les grandes entreprises comme les startups utilisent sa valeur comme différenciateur et dans le but d’apporter des avantages compétitifs à leur business.
Depuis quelques années, nous constatons que de plus en plus d’acteurs de cette industrie utilisent les “buzzwords” et labels “AI-controlled”,  “AI-driven” et autres incantations.

Meilleure maîtrise et compréhension de l’intelligence artificielle

Jusqu’ici, les interactions entre l’homme et une interface étaient principalement à sens unique. Lorsqu’un individu navigue sur un site web, ou lorsqu’il interagit avec un service en ligne, l’utilisateur doit se conformer à la façon dont le système est conçu en terme de fonctionnalités ou d’imperfections.

Aujourd’hui, grâce à notre meilleure compréhension de l’intelligence artificielle et des analyses prédictives, nous sommes capables de changer la donne en modifiant l’essence même du concept d’utilisabilité. Cette technologie nous permet d’apprendre et de dé-complexifier les habitudes des utilisateurs afin de leur suggérer un parcours à succès.
Une amélioration de l’AI peut augmenter de manière significative les capacités créatives des designers tout en les aidant à faire face à la complexité grandissante des IOT et de leurs scénarios d’usage.
Cette effervescence technologique a le potentiel de bouleverser nos habitudes et nous ouvre de nouvelles possibilités d’expériences guidées par l’intelligence artificielle.

Schéma 1 : le design classique.

 

2yann Quel futur pour lUX design ?

Sur ce schéma, le travail de l’Homme se conclut par un résultat figé et il doit procéder à des étapes d’itérations s’il n’est pas satisfait, un travail technique qui peut laisser place à beaucoup d’erreurs.

Schéma 2 : le design génératif

 

1yann Quel futur pour lUX design ?

L’intervention d’une intelligence artificielle dans le processus créatif bouleverse nos habitudes de conception. Ce procédé amélioré est une réelle extension des capacités humaines qui permet d’améliorer le résultat final tant dans la profusion d’idées, dans l’exhaustivité des solutions présentées, leur complexité ainsi que leur précision. Vite fait bien fait.

Nos habitudes changent, de la même façon que notre environnement et nos comportements d’achat, grâce à des parcours plus sophistiqués et personnalisés. Ces changement conduisent les utilisateurs à trouver des produits ou services sur les site E-commerce plus rapidement, mais aussi à interagir avec des revendeurs sous d’autres formats et sur l’ensemble des devices existants.

L’exemple Airbnb

 

Airbnb présente une solution d’automatisation de son processus de conception grâce à une synchronisation de son design système (ou atomic design) à l’intelligence artificielle, ce qui rend son évolution créative plus agile et plus robuste. Airbnb facilite la tâche à ses concepteurs et développeurs en supprimant quelques étapes au processus de création allant du dessin à la main au prototype interactif grâce à l’intelligence artificielle et le machine learning.

Cette solution ouvre des opportunités aux métiers de concepteurs d’interface – tant d’un point de vue design que développement web – afin de concrétiser et tester une idée extrêmement rapidement.
Un fort potentiel qui pourrait permettre d’automatiser les tâches répétitives de la conception et nous permettre de nous concentrer davantage sur l’aspect stratégique et analytique afin de créer des expériences plus personnalisées et plus pertinentes pour les utilisateurs.
Et d’un point de vue business, qui dit meilleure personnalisation dit pertinence et donc meilleurs taux de conversion.

L’évolution et la meilleure maîtrise de la collecte de données et de l’optimisation du processus de création nous permettraient à la fois d’automatiser le design, le développement, l’interaction d’une page et même son contenu éditorial.
Dans un futur proche, les sites web ne se créeront pas d’eux-mêmes, mais nécessiteront moins d’intervention humaine dans leur conception et leur optimisation :  les “smarts technologies” pouvant guider ou aider le designer à prendre des décisions ou à rectifier quelques éléments de son travail..

AB testing

A chaque fois qu’un utilisateur utilise un service en ligne, beaucoup de datas sont générées et enregistrées. C’est notre capacité à exploiter et à utiliser ces données qui nous permet de comprendre comment un utilisateur interagit avec le service.
Aujourd’hui, les designers et acteurs du web utilisent des méthodes d’A/B testing pour identifier la solution la plus pertinente.

Cette méthode, grâce à l’IA, peut non seulement fonctionner automatiquement, mais aussi optimiser un prototype de manière autonome et cela sans intervention humaine.
Ce qui veut dire que le système peut analyser de manière plus approfondie les zones à améliorer, comment procéder pour y parvenir, lancer de nouvelles campagnes de test, identifier la meilleure solution pour finalement optimiser le produit final. Et on recommence.

Le webdesign intelligent

Certains acteurs s’aventurent déjà dans les outils génératifs facilitant la conception digitale et l’UI, en permettant de créer des sites internet uniquement grâce à l’IA.

Grid et Wix proposent des outils “do it yourself”, intégrant l’utilisateur dans le processus créatif et lui permettant d’accéder à des templates adaptés à ses besoins.
On imagine qu’un jour, il sera possible pour un utilisateur d’accéder à un site automatiquement généré en fonction des données renseignées sur son compte …

Le design génératif : cékoica ?

Le design génératif permet, à travers une interprétation d’algorithmes basés sur des paramètres variables, de générer des formes, des objets dont on détermine le comportement. Cette méthode rend possible à travers un outil, d’obtenir des résultats adaptés, aux potentiels multiples et infinis, évitant ainsi au créateur de devoir imaginer et dessiner directement.
Le futur de la conception d’interfaces permettra aux concepteurs de réduire les étapes entre l’idéation et les tests.
Le but de l’utilisation du design génératif dans le processus de création étant d’éliminer toutes les étapes qui ralentissent la concrétisation de l’idée.

Force est de constater que cette solution nous permet d’explorer l’exhaustivité des solutions et de donner vie à de nouvelles idées qui n’auraient peut être jamais vu le jour..
Autodesk projette même avec son logiciel Dreamcatcher d’améliorer ses possibilités créatives et esthétiques afin de créer un objet uniquement à partir d’une description.

Le futur du métier de concepteur

On peut donc se demander quelle place auront nos métiers de concepteurs / UX designers avec l’évolution des nouvelles technologies et de l’intelligence artificielle.
Nous pensons que l’UX design est encore à ses prémices, le métier possède un grand avenir et il est voué à changer et évoluer en parallèle de ses outils.
De plus, certaines méthodes ou procédés vont fondamentalement changer, ce qui ouvre de nouvelles possibilités de collaborations avec des métiers innovants comme par exemple les ingénieurs data ou robotique.
C’est aussi une fabuleuse opportunité de penser au delà des dispositifs actuels et d’adapter nos méthodes user-centric à une réflexion plus humanity-centric.

The future needs to focus on no screens, not new screens.” John Chiappone, UX Designer @Huge.

Comme nous l’avons mentionné plus haut, l’intelligence artificielle doit être considéré comme un partenaire, non comme un moyen de substitution de l’homme.
Les designers évolueront en même temps que les systèmes et outils qu’ils développent, ce qui leur permettra de mieux saisir l’évolution des usages et du monde en général afin de créer de nouveaux moyens d’interaction.
C’est pourquoi nous pouvons très bien imaginer, qu’en nous concentrant sur l’aspect plus stratégie et empathique, l’UX tend à devenir une pratique plus sociale que de pure conception ou de design.

Non la fin n’est pas proche.

 

Finalement, la question à se poser en tant que designer ou entrepreneur : ces technologies répondent-elles à un réel besoin pour mon projet ?
Dans les années 2000 avec la naissance des applications mobiles natives, des centaines d’apps étaient créées chaque semaine essayant de répondre à un besoin inexistant.
Heureusement depuis, la majorité d’entre elles s’est éteinte du fait que ces apps n’avaient pas de réelle nécessité et que les utilisateurs ne les utilisaient pas : le fait qu’une éventualité existe ne veut pas dire qu’elle doit forcément être réalisée.

“Il est temps de commencer à identifier ces opportunités pour travailler avec la technologie – pas contre elle ni en ayant peur d’elle.” Fabricio Teixeira, Creative Director (UX) @R/GA.

 

Sources

https://airbnb.design/sketching-interfaces/
https://blog.marvelapp.com/ai-started-impact-work-designers/
https://uxdesign.cc/when-ai-gets-in-the-way-of-ux-17de95f40772
https://uxdesign.cc/ai-driven-ux-design-7735bdefbffc
https://www.autodesk.com/

Laisser un commentaire.