Porno, digital et nous
 La love story 👅

Brand Content, User Experience

20 nov, 2019

Aaaah le porno, aimĂ© et mal aimĂ©, plaisir coupable et non-assumĂ©… Des dĂ©bats autour de l’existence mĂȘme du porno font fureur : d’aucuns disent que le porno dĂ©truit des couples, d’autres qu’il les sauve
 mais ce n’est pas la thĂ©matique que l’on va traiter aujourd’hui. 

Nous sommes ici pour dĂ©couvrir, ou repasser (pour les “connoisseurs”), tout ce que nous devons au porno et Ă  son industrie : comment elle a influencĂ© des professions, des business, et surtout notre quotidien. Nous allons bien entendu essayer de ne pas tomber trop facilement dans l’emploi de mots comme “performance”, “hard” ou “bande passante” etc.

Parce que, dĂ©trompez-vous, ce que vous percevez du porno ce n’est que la pointe (de l’iceberg).

Une recherche digitale profonde

Aller, de nos jours, sur un site porno est trĂšs facile : il suffit de taper par exemple pornhub.com, youporn, youjizz, porntube, redtube etc etc. Vous pourriez penser que tous les sites sont pareils, qu’il suffit juste de prendre un template qui supporte des players et hop, des images de preview de boobs, minous et tutti quanti font que le tour est jouĂ© ! La rĂ©alitĂ© est que derriĂšre tout ça, il y a tout un dĂ©partement dĂ©diĂ© Ă  l’expĂ©rience utilisateur, dĂ©diĂ© au produit, et surtout Ă  la hiĂ©rarchie de l’info la plus pertinente pour les utilisateurs.

Selon le site visitĂ©, il y aura des thĂ©matiques davantage mises en avant : du “classic golden age of porn” et “amateur” au “couple friendly », en passant par les fĂ©tiches spĂ©cifiques
 Par consĂ©quent, chaque site porno met les moyens pour avoir des UX designers, des UI designers, des product managers, des product owners et des data analysts qui assurent une continuitĂ© dans l’exigence de toujours offrir un service le plus “cinq Ă©toiles” possible pour ses adeptes.

Ces personnes vont notamment travailler sur :

– Le design d’interfaces, les logos, le jeu des couleurs
 etc
– Des tests utilisateur, A/B testing, afin d’avoir la meilleure performance possible
– L’optimisation de l’indexation des contenus sur le moteur de recherche du site (et sur Google aussi)
– L’optimisation de la pertinence des contenus Ă  proposer par cible, pays, etc

Le but de tout ça ? Générer du trafic, accroßtre la conversion des souscriptions payantes (ou premium), vendre des espaces publicitaires et, ils y réussissent bien !

D’aprùs le site de statistiques Similar Web, on observe :

– Des sites trĂšs visitĂ©s : 3 sites porno figurent parmi les 20 sites les plus consultĂ©s au monde (XVideos – 7Ăšme / Xnxx – 9Ăšme / Pornhub – 11Ăšme), 4 parmi les 20 premiers en France (Xhamster vient se plugger Ă  la liste)
– Un taux de rebond faible : 29% pour Pornhub, 18% pour Xnxx 😼
– Un temps passĂ© Ă©levĂ©: jusqu’à 15 min (seul YouTube fait mieux) 

En tout cas, si vous souhaitez tenter votre chance de faire carriĂšre chez un pure player de l’industrie n’hĂ©sitez pas Ă  trouver votre “boner” ici. 

pornjob digital Porno, digital et nous
 La love story 👅

Merci le porno !

Nous parlions en dĂ©but de cette belle tribune des influences et bienfaits du porno dans notre quotidien, et, croyez-nous, il y a un certain nombre d’usages naturels qui se sont dĂ©veloppĂ©s grĂące Ă  cette industrie. 

Les fonctionnalités purement e-commerce

Plein de features proposĂ©es par les sites d’achat en ligne de tout genre ont vu le jour grĂące Ă  cette industrie.

Le principe de paiement en ligne & souscription Ă  forfait mensuel

Dans les annĂ©es 90, un certain Richard Gordon a crĂ©Ă© Electronic Card Systems, sociĂ©tĂ© qui a mis au point les process qu’on connait aujourd’hui en systĂšmes de paiement. La sociĂ©tĂ© a utilisĂ© sa technologie sur plusieurs sites porno dans la fin des annĂ©es 90 et au dĂ©but des annĂ©es 2000.

Le plus cĂ©lĂšbre des exemples de sites qui en ont bĂ©nĂ©ficiĂ© est celui de la “geek aux gros seins” Danni Ashe, pornstar cĂ©lĂšbre de l’époque. Danni a lancĂ© le site “Hard Drive” qui, au bout d’une semaine, avait dĂ©jĂ  1 million de visites (OMG!), pour arriver rapidement au top des sites les plus consultĂ©s dans la fin des annĂ©es 90. Danni, parmi d’autres maĂźtres pornographes, a Ă©tĂ© l’une des pionniĂšres dans le paiement en ligne sĂ©curisĂ© bien avant l’existence d’Amazon, PayPal ou Ebay, en mettant notamment en place le modĂšle de souscription mensuelle pour accĂ©der en illimitĂ© Ă  des contenus exclusifs pour les utilisateurs. Le prix d’entrĂ©e Ă©tait environ d’une trentaine de dollars par mois, mais avec des frais de rĂ©siliation trĂšs Ă©levĂ©s, autour des 70 dollars et avec des CGV assez “light” comparĂ©es Ă  celles d’aujourd’hui.

Les sites feront ensuite Ă©voluer Ă©galement leur offre pour devenir les premiers Ă  dĂ©velopper le concept de “memberships” avec des comptes premium et des contenus personnalisĂ©s.

Le coĂ»t par clic, coĂ»t par vente, et le modĂšle d’affiliation

Toujours dans les annĂ©es 90, CyberErotica, un autre acteur majeur du sexe digital, utilisait un outil appelĂ© “XXX Counter” qui permettait d’obtenir les statistiques sur les clics uniques par utilisateur vs les clics rĂ©currents (pour un mĂȘme utilisateur). Avec cet outil bien en main, CyberErotica a dĂ©veloppĂ© et mis en place ce qui, pour certains, s’est rĂ©vĂ©lĂ© ĂȘtre le premier programme d’affiliation pour un site avec un modĂšle au coĂ»t par clic.

Plus tard, Google se basait sur ce modùle pour ajuster le sien et devenir ce que nous connaissons aujourd’hui.

Newsletters, spams et double opt-ins

Oui, les newsletters Ă  outrance, c’est encore le porno qui les a bien dĂ©veloppĂ©es
 en effet l’industrie a rapidement compris qu’envoyer des newsletters offrant des accĂšs directs Ă©tait un moyen Ă  fort ROI de gĂ©nĂ©rer du trafic et de pousser les gens Ă  payer pour du contenu. 

Bien entendu, suite Ă  des abus, des crĂ©ations de faux comptes, et Ă  la recrudescence des spams, les services de messagerie ont rapidement bloquĂ© les envois en provenance des sites porno
 Pour palier Ă  cette situation et pour assurer Ă©galement aux utilisateurs un process sĂ©curisĂ© de gestion de leurs informations, encore une fois nos sauveurs de chez CyberErotica ont su redresser la barre et ont dĂ©veloppĂ© les process de ce que nous appelons aujourd’hui “double opt-in”.

Pour rappel, voici comment vous vous inscrivez aujourd’hui à une newsletter ou comment vous ouvrez un compte sur un site :
– Vous renseignez votre adresse mail
– Vous renseignez un mot de passe (que vous devez ensuite confirmer)
– Le site vous envoie un mail avec un lien de confirmation
– Au clic sur ce lien, votre inscription Ă  une newsletter est confirmĂ©e, et dans le cadre de la crĂ©ation d’un compte, votre compte est crĂ©Ă©. 

GrĂące Ă  ce process fastidieux, le nombre de comptes “fake” a Ă©tĂ© considĂ©rablement rĂ©duit. Bien sĂ»r, ensuite les bots sont devenus encore plus malins et d’autres moyens de vĂ©rification du type captcha ou re-captcha ont Ă©tĂ© mis en place au fil du temps, mais initialement c’est bien le porno qui a permis la mise en place des premiĂšres barriĂšres. 

L’assistance par chat / video chat

Pas besoin de vous expliquer en quoi consiste cette fonctionnalitĂ©. Ce qu’il faut retenir, et, Ă  vrai dire ce qui paraĂźt une Ă©vidence, c’est que l’industrie pornographique a bien poussĂ© son dĂ©veloppement afin de rĂ©pondre Ă  un besoin d’exclusivitĂ© pour l’utilisateur, qui voulait passer de la simple visualisation de contenu Ă  un show vraiment personnalisĂ© et interactif. L’industrie a permis de perfectionner les “dates” via webcam, et les chats entre performeurs et clients, rendant petit Ă  petit disponibles les outils nĂ©cessaires pour offrir une meilleure expĂ©rience aux utilisateurs.

youporn digital Porno, digital et nous
 La love story 👅

But wait, there’s more!

Outre les features et usages vus prĂ©cĂ©demment, voici une liste d’outils et fonctionnalitĂ©s de la vie courante qui sont ce qu’ils sont aujourd’hui grĂące au “Q” : 

Le streaming : bien avant YouTube il y a eu Red Light District, une compagnie Hollandaise de production de porno qui a mis au point en 1994 le tout premier systÚme de streaming vidéo. 

Webcams : pour faire suite au point sur les live chats, leur dĂ©veloppement a participĂ© aussi au perfectionnement des webcams. Vous ne voudriez pas rater jusqu’au tout dernier petit bout de pixel ;).

La bande passante : face Ă  la demande exponentiellement croissante de contenus et Ă  l’essor de formats de plus en plus riches, les infrastructures ont dĂ» investir pleinement afin que la bande permette de laisser passer cette dĂ©ferlante de plaisir. 

Sous-titres et le “closed caption” pour les malentendants : l’industrie a investi et contribuĂ© Ă  l’optimisation de l’affichage des sous-titres une fois que les producteurs se sont rendus compte que les utilisateurs s’intĂ©ressaient aussi aux paroles
 du pain bĂ©ni pour les malentendants.

Appareils photos numĂ©riques : a priori la lĂ©gende voudrait que les crĂ©ateurs de contenu souhaitaient garder au maximum le secret et l’intimitĂ© de leur production. Pour ce faire, ils ont laissĂ© tomber le dĂ©veloppement de leurs pellicules dans le petit stand du quartier et commencĂ© Ă  prendre les choses en main grĂące aux appareils numĂ©riques bien avant les photographes des autres secteurs.

TV par cñble : tant en France qu’aux US, l’essor de la TV payante s’est fait grñce au porno. En France, Canal+ a pu compter sur le Journal du Hard, alors que, bien avant, aux US cela s’est fait grñce au programme The Ugly George Hour of Truth, Sex and Violence.

Le format VHS : Ă  l’époque oĂč Beta dominait le marchĂ© des formats de cassettes vidĂ©o, l’industrie du porno s’est penchĂ©e sur le format VHS qui Ă©tait bien loin derriĂšre Beta, le format ayant l’avantage majeur d’avoir la capacitĂ© d’enregistrer 180 mins vs 60 mins pour Beta. À la fin des annĂ©es 70, 50% des ventes de cassettes vidĂ©o Ă©taient des vidĂ©os pornographiques, favorisant ainsi l’essor du format VHS qui s’est ensuite installĂ© Ă  la premiĂšre place pendant prĂšs de 20 ans. (Pour info, un lecteur cassette VHS coĂ»tait jusqu’à 800 dollars
 il fallait bien le vouloir).

Allez, on vous laisse avec toutes ces rĂ©vĂ©lations, on vous rĂ©serve pour une prochaine fois, d’autres sujets et fun facts que le porno nous inspire, faites-nous confiance. Une chose est sĂ»re : nous espĂ©rons que vous, Dorcel, Jacky ou Michel vous reconnaĂźtrez dans ces rĂ©flexions et que cet article un brin irrĂ©vĂ©rencieux boostera aussi votre taux de clic sur nos rĂ©seaux ?

Sources :
Smilar Web
Business Insider
Plytix
Enterprise Features
Thrillist
The Next Web
Mashable
Vice
Economic Times
La RĂ©clame
Its Nice That
Influencia
David Walshes
Welcome To The Jungle

Laisser un commentaire.