Poésie 2.0 : Les “ Instapoètes ”, nouvelles plumes d’Instagram

Brand Content

10 juil, 2019

Et si les nouveaux Rimbaud, Baudelaire, Prévert se déclamaient aujourd’hui au format carré ? Les nouvelles plumes de la toile ne cessent de se réinventer sous des formes surprenantes. Textos, citations recueillies dans la rue ou encore prose, ces nouveaux formats permettent de véhiculer des messages forts et engagés souvent sur les relations humaines et amoureuses, l’acceptation de soi ou encore la recherche du bonheur. Que ceux qui pensaient voir disparaître la poésie se rassurent, une génération de néo-poètes est née et compte bien faire perdurer le genre à grands coups de hashtags lyriques.

visu1 marjo Poésie 2.0 : Les “ Instapoètes ”, nouvelles plumes dInstagram

Un regain de popularité pour le genre

Cette nouvelle communauté de poètes offre aux mots une place au cœur de l’image, sur un réseau social qui fait habituellement la part belle aux photos et vidéos. Cela semble redonner un nouveau souffle au genre et engendre un regain de popularité chez les plus jeunes. En effet, d’après une étude américaine relayée par le magazine Quarty, en 2017, 11,7% d’Américains ont déclaré avoir lu de la poésie au cours des 12 derniers mois contre 6,7% en 2012. Sans surprise, ce sont les 18-24 ans qui en lisent le plus, 17,5% d’entre eux déclarent avoir lu des poèmes en 2017, contre 8,2 en 2012.

Figure emblématique du mouvement, Rupi Kaur, canadienne de 25 ans au 3 millions d’abonnés, incarne un modèle de réussite pour tous les jeunes auteurs. Sa recette ? Des textes courts et incisifs sur des problématiques sociétales et intimes qui concernent chacun d’entre nous (rapport au corps, à l’amour, pression sociale…). La jeune femme aborde la poésie d’une façon inédite et l’incarne avec modernité, dépoussiérant le genre et le débarrassant de son snobisme.

visu2 marjo Poésie 2.0 : Les “ Instapoètes ”, nouvelles plumes dInstagram

De l’écran au papier

Si les “Instapoètes”  comptent chaque jour de nouveaux followers et acquièrent une notoriété sur le réseau social, la consécration reste bien souvent d’être repéré par une maison d’édition pour être ensuite publié. Afin de se faire connaître des professionnels du milieu, les auteurs consignent souvent leurs textes dans des recueils et les auto-éditent dans un premier temps. « Le livre reste un vecteur de consécration essentiel, rappelle Stéphane Dubois, professeur associé à la NEOMA Business School et chercheur associé à Sciences-Po Paris. Sur Instagram, vous existez le temps de votre poème, ça rappelle un peu le quart d’heure de gloire promis par Warhol. Pour se reconnaître eux-mêmes comme poète, il faut qu’ils publient des livres.»

C’est grâce à cette démarche de self-édition que Rupi Kaur connaît un succès fulgurant en 2015. Après être passée par Amazon, elle signe avec la maison d’édition Andrews McMeel et écoule plus de 2,5 millions d’exemplaires de son recueil Milk and Honey, traduit à ce jour en 25 langues.

visu3 marjo Poésie 2.0 : Les “ Instapoètes ”, nouvelles plumes dInstagram

Un phénomène qui s’exporte en France

La France n’échappe pas bien entendu au phénomène et voit fleurir des artistes à l’écriture plus acerbe et malicieuse, voire trash. Benjamin Isidore Juveneton, précurseur du genre depuis plus de dix ans, a été une source d’inspiration pour de nombreux “instapoètes” tels que Violente Viande, Indécence et Déraison, Carnet Noir ou encore Exégèse Risible.

visu4 marjo Poésie 2.0 : Les “ Instapoètes ”, nouvelles plumes dInstagram

Partenariats avec les marques

Les marques n’ont bien entendu pas manqué de surfer sur cette mode en réalisant des partenariats avec les “instapoètes » les plus influents, comme Inès Allain et son compte « Le Bitch Club » qui compte aujourd’hui 60K abonnés. Undiz, la célèbre enseigne de sous-vêtements a ainsi fait appel à ses talents pour réaliser une ligne de tee-shirts. Si cette dernière ne parvient pas encore à vivre de son activité, pour d’autres cela s’avère être un business très lucratif. Manon Raja collabore avec des grandes marques de luxe telles que Dior ou Mauboussin et confie gagner entre 800 et 5000 euros par mois.

La marque iconique GUCCI, qui se distingue aujourd’hui grâce à ses collections et sa communication excentriques, n’a également pas manqué de collaborer avec la poétesse Cleo Wade, à l’occasion de la journée de la femme. A travers des phrases colorées et impactantes qui prônent l’égalité homme-femme, GUCCI a souhaité s’adresser et sensibiliser les consommateurs aux inégalités qui persistent entre les deux sexes dans notre société. La série d’œuvres de l’artiste a été largement relayée grâce à une campagne de communication mondiale sur les réseaux sociaux, sur les plateformes de la marque et CHIME FOR CHANGE, dans les grands quotidiens, et un affichage à Time Square.

visu5 marjo Poésie 2.0 : Les “ Instapoètes ”, nouvelles plumes dInstagram

La poésie ne cesse de se renouveler et de s’émanciper du format traditionnel qu’on lui connaît. Le slam, la parole performée, l’instapoésie, toutes ces nouvelles formes d’écriture sont autant de moyens d’expression qui ouvrent le champs des possibles à une nouvelle génération d’écrivains. L’explosion d’Instagram a souvent été considérée comme synonyme de la mort des mots au profit des images.  On constate qu’au contraire, l’impact et la force des mots n’ont jamais été aussi forts, tant pour le consommateur que pour les marques.

Sources
LADN
Numerama
Les Echos

Photos
@rupikaur_
@benisidore
@exegese_risible

Laisser un commentaire.