LAS CREAS PARANO

Brand Content

15 nov, 2018

Il est tard. Suffisamment pour donner libre cours à mes divagations. Je m’adresse à Dr. Gonzo. C’est mon partenaire de crime. Le mec avec qui je travaille pour écrire des publicités. Le plus souvent pour nourrir un monstre qu’on appelle Instagram. Et elle a toujours faim cette enflure.

– Dis-moi Dr. Gonzo, j’ai une question qui me traverse l’esprit. T’as pas l’impression de voir tout le temps la même merde sur Instagram ?

Il regarde la lumière blanche de son écran comme un junkie. C’est la charrette ça lui réussit pas. Je lui gueule dans les oreilles. Il se réveille en vacarme.

– Tu vois Duke, on est prêt à tout pour se faire aimer. Toi. Moi. N’importe quel crétin. Du coup on fait la même merde que le mec d’en face. Sans se poser de questions !

Instagram a rendu tout le monde bien-pensant. Pas un mot de travers. Rien qui déborde. On s’emmerde. Ça le plonge dans une colère noire. Il faut que je fasse redescendre la pression.

– Va faire un tour du côté de Diet Prada. Ça va te défouler Dr. Gonzo.

Mauvaise pioche. Il repart au quart de tour. On dirait une Pussy Riot qui retrouve la parole après trois mois de goulag. Ça fait du bruit.

– Mais qu’est-ce qui va pas chez toi Duke ? On est en train de cramer notre singularité à petit feu. Mais c’est peut-être ça que tu veux. Ressembler au mec d’en face.

Dr. Gonzo est assis en face de moi. J’ai pas envie de lui ressembler. Un point pour lui.

– Tu sais quoi Dr. Gonzo ? On fout les gens dans des cases à longueur de journée. Pas étonnant que tout soit aussi lisse qu’un article Konbini.

J’ai touché la corde sensible.

– Gen Y. Gen Z. C’est des conneries tout ça Duke. Le seul truc qui compte c’est ce que les gens font vraiment. Mais on se contente de légendes sous des images en haute résolution.

Il est comme ça Dr. Gonzo. Certains disent que c’est un libre penseur. Moi je pense qu’il déblatère tout ce qui lui passe par la tête. Et parfois c’est pas con.

– Levons notre cul de cette chaise Dr. Gonzo. Il faut qu’on reprenne la place qui nous appartient. Respirer la rue. Sentir le relief à la surface.

Je pars avec Dr. Gonzo dans l’obscurité. La nuit va être longue. Des jours entiers à la recherche d’une illumination.

– Par tous les diables ! Il y en a du monde ici Duke.

Ouais Dr. Gonzo. Un paquet de mémoires vivantes. On peut dire qu’on a touché le jackpot. Il y a de quoi nourrir le monstre. Peut-être même le rassasier.

– Ça Dr. Gonzo, c’est la culture.

T’as intérêt à avoir le coeur bien accroché Dr. Gonzo. Façon Hunter S. Thompson. Ça peut éviter quelques accrochages. Parce que la culture ça bouge. Ça agite. Ça dérange. Ça évite de dire la même chose que le mec d’en face.

Laisser un commentaire.