La réalité virtuelle : au-delà des pensées primitives

Brand Content, User Experience

28 fév, 2018

Au cours de l’année 2017, vous avez sans doute lu dans les médias le mariage aussi surprenant que dérangeant d’un homme et d’une « petite amie virtuelle », une cérémonie en bonne et due forme : famille, amis, témoins, prêtre virtuel (évidemment) mais surtout le baiser final qui a dû se faire via un marshmallow tenu par des pinces…

sun11 La réalité virtuelle : au delà des pensées primitives

Voilà justement le type de sujet dont il ne sera pas question aujourd’hui, ni de jeu vidéo plongé dans les terres promises des zombies ni d’immersion 360° où l’on se baladera sur le sable fin des Îles Raja Ampat.

Non, aujourd’hui nous irons, au-delà de ces pensées primitives, examiner les aspects sociaux et professionnels qu’apporte la réalité virtuelle.

La RV un nouveau média

L’interaction représente un engagement et les marques éprouvent de plus en plus l’obligation de l’exploiter auprès de leur communauté d’adhérents et de non adhérents. Comme si pour eux vendre uniquement un produit faisait « trop nineties ». Oui évidemment, on peut vendre une marque, des valeurs, des concepts, des idées, des engagements, des slogans, des égéries (cf. Optic 2000 RIP notre Johnny national !) etc.

Mais s’aventurer sur le côté social est une stratégie très appréciée par les consommateurs. En effet, raconter une histoire pour accompagner un produit ou une marque est bon moyen de fédérer sa cible par le biais d’un storytelling avec lequel ils peuvent s’identifier et veulent s’identifier. Si par ce storytelling on ajoute un soupçon d’interaction avec les consommateurs, on obtient LA formule magique !

C’est pour cette raison que la VR tient une place cruciale dans le monde d’aujourd’hui : elle représente une technologie qui nous fait passer de simples écrans GSM du début des années 2000 à la création d’un monde virtuel entièrement digital dans lesquels certains s’adonnent même au coït… (bref).

sun21 La réalité virtuelle : au delà des pensées primitives

Outre ces images divertissantes et en mettant de côté la théorie qui suppose que les utilisateurs vont s’exclure du monde réel (Platon si tu nous écoutes !), il faut souligner que les nouvelles technologies permettent à la société moderne de faire un pas de géant.
Elles représentent les objets de demain et beaucoup de métiers s’en inspirent déjà afin d’améliorer leur savoir-faire, comme en décembre 2017 lorsqu’un chirurgien français basé à Bobigny s’est vu utiliser un casque de réalité virtuelle fourni par Microsoft afin de scruter le corps de sa patiente avant et pendant l’opération. Par cette action, il détenait en temps réel des informations précises sur le corps humain, qu’il n’aurait pas eu en temps normal (#blackmirror).

Be Fearless : l’exemple de Samsung

Lorsqu’on aborde le sujet de la Réalité Virtuelle (VR) on l’associe principalement avec le géant Samsung, puisque oui, la firme coréenne a su faire de ce « nouveau » marché un de ses principaux atouts, développant ainsi de multiples programmes à caractère divertissant destinés au grand public.

Pour autant la marque s’est également essayée sur les bienfaits que pourrait engendrer cette technologie et s’est donc focalisée sur deux phobies universelles et intemporelles : la glossophobie (la peur de s’exprimer en public) et le vertige.

De ce fait Samsung lance une campagne de Brand Content appelée #BeFearless qui a pour objectif d’accompagner des patients afin de surmonter ces peurs qui sommeillent en eux.

sun31 La réalité virtuelle : au delà des pensées primitives

A l’aide de la Yonsei University Gangnam Severance Hospital, VR LAB la marque a su mettre en place une plateforme VR dédiée pour chacune des deux névroses. Des programmes d’entraînement sont mis à disposition pour permettre le suivi des patients à travers différentes séries d’entraînement :
– d’un côté des interactions en 1 vs 1, entretiens d’embauche ou présentations dans un amphithéâtre pour la glossophobie
– de l’autre des montées en ascenseur dans des buildings, des marches sur des montagnes ou dans des endroits périlleux.

Des résultats concluants avec +85% des patients qui ont su réduire considérablement leur phobie mais aussi apporter aux yeux des médias et donc du grand public une toute autre facette de cette technologie.

Quel rapport avec le brand content ou la publicité en général ? Et bien il ne faut pas se leurrer, que nous soyons marketeurs ou gourous de la publicité nous savons flairer l’odeur suave d’une opportunité quelconque pour déployer un plan d’action… Certes, les marques seront évidemment prêtes à investir des sommes colossales (entre 20 000 et 200 000 € en fonction de la qualité du graphisme et des interactions proposées), et les prix en feront pleurer plus d’un… mais proposer à son public d’interagir, est inestimable ! Créativité et bon sens ouvriront d’autres opportunités sur ces marchés.

Des questions se soulèvent devant ces constatations : si l’on considère la réalité virtuelle comme un média, quels types d’interactions prendront le dessus ?  Cette stratégie sera-t-elle pérenne ?

 

Sources

https://sciencepost.fr/2017/07/japon-se-marie-personnage-realite-virtuelle/

https://www.youtube.com/watch?v=d1yxqznbeAs

https://www.realite-virtuelle.com/realite-virtuelle-metiers-3009

https://sante.lefigaro.fr/article/suivez-en-direct-la-premiere-operation-chirurgicale-assistee-par-realite-virtuelle/

https://www.realite-virtuelle.com/campagne-publicitaire-realite-virtuelle

Laisser un commentaire.