Snackable content (à consommer avec modération)

Brand Content, Social Media, User Experience

19 juin, 2018

Snackable content, kézaco ?

L’explosion de l’usage des médias sociaux a naturellement engendré une explosion du volume de contenus, tous types de formats confondus.

Les statistiques régulièrement relevées sur le sujet (1) ont de quoi nous donner le tournis, à tel point l’internaute est sollicité en permanence, qu’il soit sur son smartphone, sa tablette ou son ordinateur.

nico1 Snackable content (à consommer avec modération)

Cette profusion éditoriale a un nom dorénavant bien connu (ou plutôt un symptôme) : l’infobésité. Et de quoi se nourrissent ces internautes boulimiques d’informations ? De snackable contents !

Court, digeste, accessible, partageable, et parfois même éphémère, le snackable content est désormais sur toutes les bouches et dans toutes les mains.

A quoi le reconnaît-on ? Ce micro-contenu n’excède généralement pas les 350 à 450 mots lorsqu’il est rédactionnel ou les 6 à 10 secondes s’il s’agit de vidéos ou de contenu visuel.  

Son avantage? le message va droit au but et est assimilé avec rapidité.

image11 Snackable content (à consommer avec modération)

Attention, attention

Mais pourquoi un tel raccourcissement ? Finies les 30 secondes, les articles à lire en 3 minutes, les podcast de 10 minutes… D’après les spécialistes, la capacité d’attention des internautes, leur usage mobile (notamment sur smartphone), durant de courtes périodes comme les pauses, les transports en commun, les files d’attente, les poussent à consommer leur contenus digitaux à toute vitesse.

nico3 Snackable content (à consommer avec modération)

Nous ne serions aujourd’hui pas capables de nous concentrer plus de 8 secondes. Les poissons rouges arrivent à tenir leur attention 9 secondes !

Infobésité, snack contents et injonctions paradoxales

Le « snack content » assume une approche plus superficielle des sujets sans rentrer en profondeur. Ce traitement creux contribue paradoxalement encore un peu plus à cette infobésité.

Il est vrai que le « snack content » peut avoir son intérêt, mais à condition d’être utilisé comme un hameçon, notamment pour capter les cibles les plus volatiles.

Do ou don’t ?

Baser sa stratégie éditoriale à coups de punchlines souvent racoleuses, voire « putaclics » et de vidéos éphémères, revient à progressivement dévaloriser le discours de la marque, et au passage, ne pas capter ni engager les cibles. Or, comme pour le snacking alimentaire, la répétition systématique de ce format ne concourt pas vraiment à rehausser la qualité et la pertinence des contenus mais à engorger les canaux de diffusion.

Le « snack content » est aujourd’hui au coeur d’une ambivalence dérangeante. Car à lui seul, il ne peut pas alimenter les conversations entre une marque et ses communautés (à de rares exceptions près). S’il est indiscutablement crucial pour générer l’engagement dans un univers éditorial plus ou moins saturé, il n’en reste pas moins qu’un sas d’entrée vers du contenu plus élaboré.

Et qui dit plus élaboré, dit forcément plus long. Or, le format long est loin d’être un handicap, malgré ce qu’en pensent les férus du zapping permanent où tout doit être « buzz » et « trending ».(2)

Snack or not snack, that’s a DISKO-question

Réussir à jongler entre temps court et temps long, contenus snackable et long formats, en fonction des cibles, des points de contacts et des moments : voilà les nouveaux jalons d’une stratégie éditoriale pérenne sur les réseaux et au-delà. Ainsi, une marque comme Vahiné, accompagnée par DISKO sur l’ensemble de son écosystème digital, répond par des formats différents à des problématiques et “micro-moments” client différents.

En résumé, capter l’attention est une chose primordiale mais la maintenir pour créer de l’intérêt et de la confiance est autrement plus compliqué qu’un bombardement constant de « snack contents ».

Une question reste définitivement ouverte, les teasers de jadis, ne sont-ils pas les snack contents d’aujourd’hui ?

nico2 Snackable content (à consommer avec modération)

 

Sources
(1)https://www.leblogducommunicant2-0.com/humeur/strategie-de-contenus-digitaux-limpitoyable-loi-du-marche-ou-creve-doit-etre-integree/
(2)https://www.leblogducommunicant2-0.com/humeur/strategie-de-contenus-snack-content-on-vous-la-sert-allongee-ou-serree/?cn-reloaded=1
https://www.youlovewords.com/contenu-temps-dattention-internet/
https://www.journaldunet.com/ebusiness/expert/66784/comment-l-ephemere-tend-a-transformer-la-communication-des-marques.shtml
https://www.leblogducommunicant2-0.com/humeur/strategie-de-contenus-snack-content-on-vous-la-sert-allongee-ou-serree/?cn-reloaded=1

 

 

Laisser un commentaire.