(R)évolution digitale


Brand Content, Social Media

Personne ne peut contester l’évolution de notre société due au numérique et à l’usage d’Internet. Les nouvelles technologies ne cessent d’évoluer et changent profondément nos vies, nos moeurs, voire notre vision du monde.

Avec 60 millions de Français connectés quotidiennement à Internet, dont 20 millions sur mobile, la transformation numérique est plus que présente dans notre quotidien : c’est la quasi-totalité de notre population qui est transformée.

Certains d’entre nous se rappellent de la vie sans téléphone mobile, sans Internet… mais un retour en arrière nous semble pourtant aujourd’hui impossible !

 

Comment Internet transforme-t-il nos usages ?

 

Nous avons parfois l’impression que les réseaux sociaux ne produisent rien de constructif. Les communautés s’en emparent pour des non-causes : du planking, du bashing en tout genre, du personnal branling… Cette appropriation d’internet semble nous empêcher d’avoir une réflexion approfondie et reste très superficielle.

Aussi, qui n’a pas eu un jour l’impression que certains de ses “amis” pratiquaient la course aux likes, et entretenaient un narcissisme horripilant ?
Par ailleurs, questionnons-nous sur la confidentialité. Où se situe la frontière entre la vie privée et la vie publique ? Nombreux sont ceux qui informent leur communauté de leurs faits et gestes. Ils transforment leur mur Facebook en un véritable journal de vie, voire un journal intime. Quand nous savons qu’aujourd’hui même les recruteurs vont sur les réseaux sociaux pour éplucher la vie privée des candidats, la question de confidentialité et de vie privée se pose.
En outre, le net bouleverse nos habitudes et notre consommation. Ne serions-nous pas en train de consommer la vie des autres ?  Sommes-nous de plus en plus futiles ? Internet est-il une régression humaine et intellectuelle ?

Pour dénoncer ce phénomène, certains réalisent des vidéos parodiques.

D’autres, plus sérieux, créent des réseaux sociaux alternatifs. Ello, le nouveau réseau anti-pub promet, à la différence de Facebook ou Twitter, de ne pas vendre les données des utilisateurs.

Notons enfin qu’une équipe de psychologues américains a montré que les personnes retenaient moins bien les informations qu’ils pouvaient avoir facilement sur leur ordinateur.
En effet, pourquoi faire l’effort de les retenir si nous pouvons la retrouver à souhait aussi facilement ? Nous consommons de plus en plus d’informations mais nous en retenons de moins en moins…

 

 

Ne soyons pas si sévères

 

Rappelez-vous ! Ne tenions-nous pas un discours identique lors de l’avènement de la télévision ? Les réseaux sociaux engendrent une révolution sociale, un progrès, et peuvent être utilisés comme de vrais outils pour changer le monde. Faut-il encore qu’on le veuille !

Prenons par exemple l’accès à la formation gratuite pour tous. Grâce à internet, un nouveau mode de consommation est en marche. Nous notons l’émergence des MOOC ou des modes de consommation alternatifs.

Les MOOC (Massive Open Online Courses – ou Cours en Ligne Ouverts et Massifs) suscitent l’intérêt de beaucoup d’étudiants, de salariés ainsi que d’employeurs.
« Modernité pédagogique », « révolution numérique » ou encore « nouvelle forme de formation professionnelle », nombreuses sont les façons de considérer ces nouvelles plateformes d’apprentissage. Aujourd’hui, plus de 20 millions d’étudiants dans 200 pays se sont inscrits à ces cours en ligne.
mooc homepage 1024x615 (R)évolution digitale

copyright : moocinitiative.com

 

Culturellement…

D’un point de vue culturel, là aussi, Internet permet un accès gratuit et sans limite inespéré ! Radiohead avait par exemple proposé le téléchargement libre de son album sans l’intermédiaire d’une maison de disques ni de plateforme, en laissant l’internaute fixer lui-même le prix du téléchargement. Un vrai succès puisque Radiohead a vendu en seulement 3 jours 1,3 millions d’albums en téléchargement sur son site.

A sa manière, Internet continue de bouleverser notre rapport au savoir. Reste à déterminer comment nous allons pouvoir en tirer le meilleur parti dans l’éducation des nouvelles générations.
in rainbows v1 1024x639 (R)évolution digitale

 Politiquement…

En politique aussi, Internet révolutionne les habitudes !
Beaucoup ont affirmé que la révolution du Printemps Arabe n’aurait pas eu lieu sans les réseaux sociaux. Nous ne pouvons pas vérifier ce fait mais il est indéniable qu’ils ont largement contribué à renforcer les actes et les revendications : communication avec l’étranger, forte mobilisation, informations GPS pour localiser les barrages de police ont indéniablement aidé les populations dans leur démarche.

Nous notons que Facebook avec ses 5 millions d’utilisateurs (13 millions aujourd’hui) a également eu une influence considérable en Egypte et a été largement utilisé comme instrument de mobilisation. Les réseaux sociaux ont également permis de la sortie de l’information et de faire connaître en Occident ce qui se passait à l’intérieur du pays. Ils ont nourri les médias étrangers et ont permis aux révoltés de découvrir que d’autres personnes avaient les mêmes revendications qu’eux. Une alliance était alors possible !

 

Créativement…

Pour finir, Internet permet l’émergence de projets créatifs, en donnant entre autres un pouvoir à tous via le crowdfunding international. Ces groupes de soutien de projets indépendants ou créatifs donnent la parole aux communautés et donc à tous par le financement collaboratif. Réalisateurs, journalistes, musiciens, designers, artistes, photographes, humanistes, explorateurs, navigateurs, athlètes, agriculteurs… peuvent déposer un projet sur ces plateformes et ainsi solliciter le soutien du public.
Kisskissbankbank déclare ainsi avoir collecté plus de 8 millions d’euros pour plus de 4000 projets !

 

 

A sa manière, Internet  bouleverse indéniablement notre rapport au savoir, l’accès à la culture et à sa production. Reste à déterminer comment nous allons pouvoir mettre à profit ce média dans l’éducation des nouvelles générations et dans un objectif positif et humain. Nous pouvons conclure sur la citation de Gilles Achache :

“De la même façon que l’outil prolonge la main et le corps pour en augmenter la puissance et l’habileté, les médias, depuis l’écriture jusqu’à Internet, ne sont qu’un prolongement de la parole. Ils sont l’expression moderne de cette fonction si spécifiquement humaine qui est notre capacité à donner ou à trouver du sens à toute chose.”

 

Sources :

https://www.lefigaro.fr/sciences/2011/07/15/01008-20110715ARTFIG00340-internet-change-notre-facon-d-utiliser-notre-memoire.php

https://www.humanae-conseil.fr/mooc-revolution-monde-du-travail/

https://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/les-reseaux-sociaux-nerfs-de-la-guerre-du-printemps-arabe-14-06-2013-2896037.php

https://tousnosprojets.bpifrance.fr/

 

Laisser un commentaire