Réseaux sociaux vs. harcèlement de rue

Brand Content, Social Media

3 sept, 2018

On définit le harcèlement de rue de la façon suivante : « comportements adressés aux personnes dans les espaces publics et semi-publics, visant à les interpeller, verbalement ou non, leur envoyant des messages intimidants, insistants, irrespectueux, humiliants, menaçants, insultants, en raison de leur sexe, de leur genre ou de leur orientation sexuelle. »
Toutes les femmes ont au moins une fois subi ce genre de comportements. Alors qu’avant la plupart se taisaient, aujourd’hui elles osent prendre la parole. Nous avons eu envie de regarder comment les réseaux sociaux ont permis cette évolution.

chiffres1 Réseaux sociaux vs. harcèlement de rue

Cela commence par un blog

Anaïs Bourdet crée en 2012 le Tumblr « Paye ta Shnek », sûrement l’un des premiers blogs à dénoncer le harcèlement de rue en France. S’inspirant du court métrage de Sophie Peeters et d’une mauvaise expérience personnelle, elle crée ce blog sur un coup tête. Pourtant, en quelques jours, des milliers de témoignages sont publiés et c’est une première bataille qui commence contre le harcèlement de rue. D’autres blogs suivront, inspirés par ce mouvement et dénonçant le harcèlement dans certains milieux : Paye ta robe pour les avocats, Paye ta blouse pour le milieu hospitalier… et bien d’autres.

PTS22 Réseaux sociaux vs. harcèlement de rue

Cela continue par un hashtag

Après l’affaire Weinstein en Amérique, c’est la journaliste Sandra Müller qui initie #BalanceTonPorc en octobre 2017 sur Twitter. Le hashtag prend très rapidement avec plus de 650 000 tweets. Il est ensuite repris par l’actrice Alyssa Milano avec #MeeToo et 196 000 tweets. La lutte contre le harcèlement continue alors et des dizaines de milliers de femmes prennent la parole. L’union fait la force et par tous ces témoignages, chacune d’elles comprend qu’elle n’est pas seule. La parole se libère grâce aux réseaux sociaux et d’autres hashtags se développeront en parallèle.

balance2 2 Réseaux sociaux vs. harcèlement de rue

Initialement sur Twitter, les hashtags s’installent aussi sur Facebook et même sur Instagram. Noa Jansma dénonce ses agresseurs en publiant un selfie avec eux sous le hashtag #dearcatcallers.
Ce ne sont plus juste des mots mais un témoignage en image. Sa démarche permet de montrer le visage des harceleurs de rue et de passer outre les stéréotypes : les hommes sont de toutes origines, âges ou classes sociales.

insta2 Réseaux sociaux vs. harcèlement de rue

La sensibilisation en illustration

Beaucoup d’illustrateurs (et ce ne sont pas que des femmes) se sont impliqués dans le sujet en illustrant leurs propres agressions ou celles que des personnes leur envoient sur leur blog. Permettant de dénoncer le harcèlement mais aussi de faire réfléchir sur ses propres réactions : aurais-je dû réagir différemment ? Harcèlement ou drague ? Comment intervenir ? L’illustration permet de sensibiliser et d’impliquer chaque personne pour faire bouger les choses. Les propos sont moins directs et amènent aussi bien les victimes, que les agresseurs et les spectateurs à réfléchir à leur position et aux manières de faire cesser ces agissements.

illu2 Réseaux sociaux vs. harcèlement de rue

La médiatisation comme dénonciation

Champions du Monde… du harcèlement. Lors de la victoire des Bleus, alors que l’heure aurait dû être à la fête, beaucoup d’hommes ont exprimé leur joie de manière agressive, se collant, touchant, embrassant de force des femmes. Dans les jours qui ont suivi la victoire, nous avons beaucoup entendu parler des harcèlements dont ont été victimes les femmes. Ces faits ont été largement médiatisés sur les réseaux mais aussi à la télé et dans la presse. Sur Twitter @KateyaV a notamment recensé les témoignages de ces femmes dont la fête a été gâchée.

Autre cas, celui de Marie Laguerre, qui publie la vidéo de son agression sur Facebook générant des milliers de partages et beaucoup de commentaires de soutien. C’est en montrant l’acte violent de cet homme qu’elle le dénonce. Les tweets et autres articles de blogs sont des récits, pas toujours pris au sérieux, surtout pour les hommes, qui, ne se rendent pas vraiment compte de ce que vivent les femmes au quotidien. Ici, les images sont claires et le récit poignant, ce qui permet la viralisation de ce contenu.

marie21 Réseaux sociaux vs. harcèlement de rue

Le harcèlement de rue est un terme qui a largement pris sa place ces dernières années. Il est de plus en plus dénoncé et notamment grâce aux réseaux sociaux. La mobilisation des victimes permet de faire bouger les choses mais ces délits restent encore difficiles à punir. Marlène Schiappa assure la mise en place des premières amendes à l’automne… que la bataille continue !

Laisser un commentaire.