Kill me now (or never)

Social Media

24 oct, 2018

En cette période d’Halloween, nous souhaitons vous parler du business de la mort, qui a encore de beaux jours devant lui grâce au digital.

C’est en effet un secteur qui a débuté sa transformation digitale. Une transformation d’autant plus nécessaire que les jeunes d’aujourd’hui, les millenials, comme on dit, ne sont pas particulièrement taphophiles (c’est cadeau pour votre prochain Scrabble). Ainsi, plusieurs start-ups proposent désormais de nouvelles façons de rendre hommage à nos proches défunts, de gérer le deuil ou de partager ses souvenirs. Petit tour d’horizon.

visu1 Kill me now (or never)

Accompagner les proches des défunts

Dans nos coeurs.fr

C’est un des nombreux cimetières virtuels qui ont fleuri ces dernières années. Il en existe pour les humains certes, mais aussi pour les chiens, les chats, et autres poissons rouges. Sur le site, la personne endeuillée cherche le nom du défunt ou lui créée un espace virtuel dans lequel il ajoutera des photos, vidéos, textes… Un espace qui permet d’inviter d’autres personnes qui, à leur tour, vont pouvoir se recueillir sur cette tombe virtuelle. Elles pourront écrire un mot sur le livre d’or, commander des fleurs, plantes, bougies ou plaques pour embellir cette tombe virtuelle.

visu3 Kill me now (or never)

Digital Legacys

Ici on vous propose de créer, en toute simplicité et pour la modique somme de 149,99 dollars, votre tombe connectée. Votre tombe est équipée d’un QR code qui, une fois scanné par un smartphone, permettra à vos proches d’accéder à votre page web et de revoir vos photos et vidéos, vos playlists et autres souvenirs virtuels.

En parlant de tombe virtuelle, le site Slate a d’ailleurs créé en 2015 un cimetière virtuel dédié à tous les personnages de «Game of Thrones», où vous pouvez à tout moment décider de déposer une fleur sur la tombe de votre héros préféré, mort parmi les 5 179 autres personnages décédés dans la série au cours des 3 premières saisons…

visu2 Kill me now (or never)

De la conciergerie funéraire à la retransmission live de vos obsèques

InMemori : l’hommage funéraire 2.0

Créée en 2016, la plateforme permet aux familles de créer en 5 mn une page privée et personnalisée en hommage au défunt pour transmettre toutes les infos sur les obsèques, rassembler les proches et leur offrir la possibilité de faire un don ou un hommage, partager des souvenirs, ou encore offrir des fleurs. Concrètement, ça ressemble à un mix entre MySpace et les profils MSN d’antan.

Deathswitch.com, la voix d’outre tombe

En 2006, un neuro-scientifique américain avait lancé Deathswitch, une start-up qui, à condition de payer un abonnement de 19,95 $ par an, permettait à ses abonnés d’activer automatiquement, en cas de décès confirmé, l’envoi de mails à des personnes pré-définies pour transmettre ses mots de passe, désigner des bénéficiaires de contrats d’assurance vie ou encore dévoiler des secrets jamais avoués de son vivant. Le tout pouvant même être diffusé en podcast ou en vidéo. Malheureusement, le site n’existe plus aujourd’hui, on espère que ce n’est pas parce que le neuro-scientifique avait oublié de payer son abonnement annuel ou de transmettre ses dernières volontés…

Une idée qui a néanmoins fait des petits puisque plein d’autres sites existent autour de ces fonctionnalités dont le français edeneo.fr.

Par ailleurs, Google, connu pour ne rien laisser au hasard sur ce qui concerne vos données, propose un service de gestion de compte inactif qui vous permet de paramétrer le moment auquel Google devra considéré que vous êtes mort et exécuter vos dernières volontés quant à vos données personnelles.

Dans un autre registre, plusieurs plateformes permettent à des proches et des amis ne pouvant se rendre physiquement à des obsèques, de suivre celle-ci via une retransmission vidéo sur le web. Les préparatifs, le choix des textes lus lors de la cérémonie et autres rituels peuvent désormais être accomplis à distance selon une grille de tarifs pouvant aller jusqu’à plusieurs milliers d’euros pour un webcast façon vidéo-conférence planétaire. Des services qui ont fait légion puisque plusieurs grands acteurs du monde funéraire les proposent maintenant. Vous pouvez même repartir avec le DVD de la cérémonie !

Tutoyer l’immortalité grâce au virtuel

I’ll be back…

La peur de disparaître à jamais est également un vrai moteur pour certains. Ainsi, Gordon Bell, ingénieur américain chez Microsoft, a décidé d’archiver toute sa vie. Aucune action de sa vie n’échappe à sa digitalisation quotidienne compulsive : une ballade est retracée par GPS, une photo ou une lettre sont scannées et ainsi de suite depuis plus d’une dizaine d’années. Il a ainsi pu en tirer un livre, intitulé « Total Recall » dans lequel il explique espérer pouvoir un jour fournir une sorte d’avatar de lui-même à sa future descendance après sa mort.

visu gordonbelle Kill me now (or never)

With Me : prenez un selfie avec votre mamie partie trop tôt

Un projet que l’entreprise sud-coréenne Elrois a réussi à mettre en oeuvre grâce à son application With Me, qui permet de « scanner » un être cher avant sa mort afin d’en restituer un avatar 3D ou clone numérique. Il est ensuite possible de le faire apparaître en réalité augmentée, de se prendre en photo à ses côtés, et même d’avoir une conversation limitée avec lui. Bon… pour arriver à faire ça, il faudra quand même que vous ayez réussi à expliquer au préalable à mamie que vous aviez besoin de la scanner dans le cas où elle viendrait à mourir…

Des idées plus ou moins farfelues, certes, mais qui posent quand même une question très sérieuse : à quoi ressemblera notre vie numérique après notre mort ? Que deviendront nos données personnelles ? Seront-elles condamnées à errer dans les limbes virtuelles du net ? Autant dire que la CNIL n’a pas fini de s’arracher les cheveux sur la question de la protection de nos données et du droit à l’oubli sur la toile…!

visu4 Kill me now (or never)

PS : sinon, en toujours aussi fou, mais beaucoup moins virtuel, vous pouvez également, pour votre dernier grand voyage, décider d’envoyer vos cendres dans l’espace grâce à la société Elysium Space. Vous pourrez alors choisir entre deux formules : le Shooting Star Memorial, avec un vaisseau qui tournera en orbite autour de la terre pendant plusieurs mois. L’application mobile associée indiquera sa position pour que vos proches puissent tenter de l’apercevoir et faire coucou à vos cendres. Il faudra pour cela débourser la sommes de 1 990$ mais à ce prix là, l’appli est gratuite. L’autre option consiste, pour la somme de 9 950 $ pour les 50 premiers (ou 11 950 pour les suivants), d’envoyer vos cendres sur la Lune.
Prochain lancement prévu en 2019, dépêchez-vous de mourir !

Laisser un commentaire.