La photographie en pleine transformation digitale ?

Brand Content, Social Media

4 oct, 2018

Les enquêtes sont unanimes !! A la question « quel serait votre métier de rêve ?», la photographie revient dans le top 5 des professions attirantes.

Il est vrai que photographe est un beau métier – il permet de poser un regard particulier sur le monde, de figer un instant, de sublimer ce que l’oeil humain voit généralement sans vraiment le regarder. Le monde, notre monde, son monde… une infinité de sujets à traiter d’une infinité de manières, toutes tellement différentes, angles, technique, matériel, sensibilité et surtout, regard personnel… tout cela lié à la créativité de l’auteur et de la compréhension de son public.

Alors oui, forcément, avec de tels rêves, et une gamme d’appareils photos de plus en plus performants, et de plus en plus accessibles, chacun peut caresser du doigt cette ambition inavouée de faire de la photographie… mais de là à se prendre pour un photographe professionnel, il n’y a qu’un pas.

Qui vous fait croire qu’il sera facile de produire de bonnes et belles photos ?

C’est vrai, tout le monde en fait et tout le monde peut en faire : la preuve en est que nous sommes confrontés quotidiennement aux images des autres…

A chaque instant, vous pouvez voir des publicités, avec des visuels issus de stocks-images (majoritairement réalisés par des photographes professionnels…) ou des productions faites pour l’occasion mais aussi les photos sur les sites internet, blogs ou autres marchands, avec des produits plus ou moins bien mis en valeur, qui peuvent transformer votre passage en « expérience »…

Enfin, celles de nos « amis » sur les réseaux sociaux avec parfois des époustouflantes photos de leurs vacances, de leurs enfants, de leurs animaux domestiques, de leurs plantes…

gilles4 La photographie en pleine transformation digitale ?

Le hic avec cette invasion de clichés tout autour de nous, c’est que l’on ne sait plus trop comment ils ont été pris…

Ont-ils été retouchés ? (Oui, majoritairement…) Quels filtres ont été utilisés ? Est-ce vraiment une photo prise avec un smartphone ? (On en profitera pour rappeler le bad buzz sur la soit-disant qualité des photos prises par un smartphone – Huawei –  alors qu’elles ont été prises par un Reflex, et certainement par un professionnel…)

Comment font-ils pour avoir une telle qualité de photos sur Instagram ? Ah oui, c’est simple en fait : elles n’ont pas été prises par un smartphone non plus… Parlons des filtres aussi ? Plus une seule photo de portrait sans une peau ultra-lissée (c’est pratique et ça corrige plein de défauts…) Sans parler des couleurs, des formes ajoutées, des lumières, des corrections…

gilles31 La photographie en pleine transformation digitale ?

Sommes-nous toujours dans ce que nous appelons l’art de la photographie ?

Le choix de l’appareil photo qui fera la différence…

gilles51 La photographie en pleine transformation digitale ?

Avant (il y a déjà pas mal de temps…), pour faire de la photo, il n’existait pas cinquante possibilités. Soit on comprenait quelque chose à la technique et on pouvait alors s’attaquer à deux types d’appareils :  les « Reflex », dont les modes automatiques n’existaient presque pas (il y avait des « programmes » privilégiant soit la vitesse, soit la lumière, mais c’était déjà relativement technique ça…), et les compacts, où la seule chose à faire était d’appuyer sur le bouton, mais qui faisaient des photos de qualité toute relative, qu’on se le dise…Heureusement, tout cela a beaucoup, beaucoup changé.

La technologie (on n’a pas idée de tout ce qu’embarque un appareil photo pour s’approcher le plus possible de ce que peut voir l’œil humain) a apporté la possibilité à chacun d’entre nous de produire de belles images, contrastées, équilibrées, nettes, et d’une qualité encore jamais atteinte pour le grand public.

gilles6 La photographie en pleine transformation digitale ?

La guerre des pixels (à coup de millions) n’a pas fini de nous surprendre, de nous faire douter dans notre choix final…

La chance du moment c’est qu’une vulgarisation des termes techniques, un accès à de multiples informations, tutoriels, et avis de « professionnels », une aide au choix colossale (sites e-commerce, comparateurs, revues de tests, « YouTube » etc.) vont nous aider dans notre recherche. Les tests sont fait souvent par des professionnels qui ont eu la chance d’avoir des appareils prêtés par les marques pour les réaliser, leur impartialité peut être relative… Tout est là pour informer le futur photographe, amateur ou professionnel sur les choix qu’il pourra faire pour trouver son boîtier, sa perle rare et franchir le cap. Enfin, une fois l’objet acheté, on se dira qu’on aimerait en savoir un peu plus. On trouvera alors des guides spécifiques à tel ou tel modèle qui, plus pédagogues que le manuel vendu avec l’objet, nous permettront d’apprivoiser la bête. Youtube, librairies, tout est fait pour vous guider dans cette étape.

Ensuite on essaiera de progresser pour comprendre les « règles » de composition d’une «bonne » photo, avec toute la subjectivité dont nous parlions plus haut : la partie « artistique de la chose »…

A ce stade on sent généralement que l’on a de quoi devenir un bon photographe. La plupart des gens raisonnables s’en tiendront ici parce que, finalement, les photos prises avec ce nouveau jouet sont bien meilleures que toutes celles que l’on a pu prendre avant ! Et même si nos photos sont prises en mode automatique, si elles sont belles et assumées, alors bravo, nous sommes déjà quelque part, à notre échelle, des photographes accomplis, et c’est finalement l’essentiel !!

Comprendre la photo, la technique… ou pas ?

C’est toute la difficulté de l’étape suivante. Un cap… Un choix (facultatif), et un engagement à prendre pour y parvenir.

On fait de belles photos, mais sans trop savoir pourquoi, et l’on n’assume plus de ne pas être capable d’expliquer les réglages (automatiques) qui ont fait que cette photo était si belle. Nous voilà alors catapultés dans une course technique.

L’œil humain est complexe : comment restituer parfaitement des détails subtils tels une poussière, un halo, un rai de lumière… Cette étape de compréhension de la technique pourra nous aider à réussir ces clichés, que les modes automatiques ne pourraient exécuter (photos de nuit, ou avec peu de lumière, flous, longs temps de pause, forts contrastes, sport, enfants, animaux, macrophotographie, astrophotographie, etc.) et à partir de là, le plaisir de la photographie ne sera plus seulement dans le partage avec nos proches, mais aussi dans l’enseignement, ou l’échange avec d’autres passionnés.

Est-ce la technologie ou les réseaux sociaux qui ont tué la photographie ?

Nous voilà équipés, performants mais confrontés à un dilemme… Comment faire vivre nos photos ? Comment les partager ? Comment exister et se différencier face à cette multitude de visuels ?

Il existe énormément de sites et d’applications pour vous permettre de partager vos photos, de les diffuser :  FlickR, 500px, Instagram, Facebook… sans compter les blogs créés facilement avec Wix, Google Photo, etc. Au-delà du choix technologique de diffusion, il conviendra avant tout de se poser la question :

Avons-nous vraiment envie / besoin de partager nos photos ?

Si non, laissons tomber les réseaux sociaux et faisons-nous plaisir dans notre coin.
Si oui, dans quel but ? Qui voulons-nous toucher ? De la famille qui habite loin, des amis ? Des banques d’images ? Le grand public – avec le risque de se faire voler ses visuels-?

Toujours la même photo, c’est aussi ce qui tue la photographie

Oui, c’était mieux avant… Parce que avant, il y avait moins d’images partagées, et donc moins de risques d’être influencé et de reproduire des clichés déjà pris. Aujourd’hui, pour un même produit, lieu, on peut trouver 10 photos similaires, qui rendent à coup sûr le tout ennuyeux.

Qui n’a pas vu 100 clichés de Santorin l’été dernier ? Lieu magnifique dont on a presque plus rien à découvrir tellement il a été souillé par des photos en tout genre.

gilles1 La photographie en pleine transformation digitale ?

Comme ce rocher en Norvège (Trolltunga) où les gens font la queue pour se prendre en photo et dire qu’ils y étaient.

gilles2 La photographie en pleine transformation digitale ?

Faire la queue pour faire la même photo… voilà à quoi nous en sommes réduits.

On en retiendra une leçon importante : il n’est pas toujours bon de tout partager avec tout le monde au risque de se noyer dans la masse. Demandons-nous : cela a-t-il déjà été fait ? De la même façon ? Le bon photographe, comme beaucoup d’artistes, cultive l’autocritique et préfèrera offrir un regard différent.

Pour conclure, quelque soit la manière, la technique, le matériel, ce qui fera de nous un bon photographe, ce sera notre œil, notre talent, notre capacité à croire en nous, mais aussi parfois notre maturité et notre autocensure. Inutile de vouloir partager à tout va ses photos, inutile de faire ce qui a déjà été fait. Surprenez-nous, surprenez-vous, osez la différence, rechercher l’instant, le vôtre !

L’appareil ne fait pas tout et pour preuve : il existe des expositions de photos prises uniquement avec des smartphones, c’est dire si tout est possible !

 

Laisser un commentaire.