Fans de K-POP : une army toute-puissante

Influence, Social Media

24 juin, 2020

La K-POP, abréviation de « Korean pop », genre musical sud-coréen composé de plusieurs styles de musique : pop, électro, hip-hop, RnB et rock est LE phénomène musical, venu tout droit du « pays du Matin calme ».

Grâce aux réseaux sociaux et aux plateformes de vidéo, la K-POP a pu étendre son audience au delà de ses frontières : ancrée dans une bonne partie de l’Asie mais également dans le reste du monde, elle a su toucher toutes les générations.

En 2012, l’industrie a rapporté un total de 3,4 milliards de dollars, soit « l’exportation la plus rentable de Corée du sud » selon le magazine Time. 

Les artistes K-POP sont souvent composés de groupes de garçons ou de filles qu’on appelle « Boys Band » et « Girls Band » dont les plus connus à travers le monde sont : BTS et Blackpink, pour ne citer qu’eux…  Des jeunes en apparence normaux qui attirent les masses et transforment tout ce qu’ils touchent en or marketing.

En 2019, BTS rapporte à lui seul à son pays plus de 4,65 milliards de dollars de retombées économiques annuelles.

Chaque groupe de K-POP possède un « fandom » : communauté fan d’un groupe.

Les fans de K-POP, et plus particulièrement les fans du groupe BTS – la « BTS Army » comme ils se font appeler – font partie des communautés de fans les mieux organisées sur le web. Tous se mobilisent avec dévouement pour assurer à leurs idoles les premières places des classements et font preuve d’un soutien indéfectible.

Auparavant, les stars avaient pour habitude d’interpeller leurs fans de et les inviter à se mobiliser pour certaines causes. Mais aujourd’hui, ce sont les fans qui prennent des initiatives et n’attendent plus que leur vedette leur dise quoi faire. 

Ils se mobilisent de façon spontanée et efficace pour les causes qui les affectent et l’ont prouvé récemment. 

Sur Twitter, ils ont réussi à démontrer leur capacité d’action et d’engagement, loin de l’image lisse qu’on leur donne habituellement.  

Une communauté puissante et influente

Les fans de K-POP sont bien connus pour être un exemple de « stan culture » (être fan obsessionnel d’une célébrité).

Savoir mobiliser des fans en ligne fait partie de l’ADN de cette communauté, composée majoritairement de femmes. Elles ont appris des techniques pour faire exploser le nombre de vues d’une vidéo sur YouTube, propulser une chanson en haut des charts à sa sortie ou occuper l’espace sur les réseaux sociaux en diffusant massivement des mèmes et des « fancams ».

Exemple : l’an dernier, le clip de BTS et la chanson « Boy With Luv » ont même enregistré un record sur YouTube puisque la vidéo a été vue 74,6 millions de fois en 24H.

Avec plus de 35 millions d’abonnés sur les réseaux sociaux, les fans de BTS ont su :
– Créer leurs propres hashtags de promotion
– Développer de véritables stratégies pour promouvoir leurs groupes favoris loin des médias traditionnels
– Fixer des objectifs chiffrés à atteindre pour le nombre de « streams » sur les différentes plateformes de musique et s’aident parfois de défis quotidiens qui ressemblent presque à des entraînements sportifs.

De plus en plus de fans réalisent ainsi qu’ils ont des capacités d’organisation et d’amplification considérables et n’hésitent pas pas à en faire usage !

Une mobilisation efficace

L’activisme en ligne n’est évidemment pas nouveau, mais maintenant que nous passons une partie toujours plus grande de notre vie en ligne, le phénomène s’amplifie et prend aussi des formes davantage liées à la culture en ligne.

La communauté des fans de K-POP a récemment fait parler d’elle. Suite aux manifestations contre la mort de George Floyd aux Etats-Unis, la « BTS Army » a fait dysfonctionner une application de surveillance policière, rendu des hashtags racistes inutilisables et collecté plus d’1 million de dollars pour les associations contre les violences policières. Elle revendique également avoir gâcher un meeting de Donald Trump. 

Ultra-organisés, ces fans ont conjugué leurs efforts afin de soutenir le mouvement et mettre à mal les initiatives de la police américaine et des opposants au mouvement.

– En piratant l’application de la police de Dallas

Fin mai, alors que les manifestations anti-violences policières se multiplient à travers les États-Unis, les fans de K-POP commencent à s’engager. 

La police de Dallas demande aux followers sur Twitter de télécharger leur application «iWatch Dallas» afin d’y envoyer des vidéos d’« activités illégales » qui surviendraient pendant les protestations.

Les fans se passent le mot, téléchargent l’application et l’inondent de « fancams » (vidéos dans lesquelles plusieurs images d’un artiste se succèdent, extraites de clips, de prestations scéniques ou d’apparitions publiques).

La police de Dallas se retrouve ainsi inondée de réponses dans lesquelles apparaissent des images de groupes de K-POP, les empêchant ainsi de traiter les vraies images de manifestations.

Quelques heures plus tard, la police de Dallas annonce suspendre l’activité de son application, suite à des « difficultés techniques ».

– En détournant les hashtags racistes :

Les fans de K-POP ont à nouveau manifesté leurs sensibilités politiques lorsque des opposants au mouvement Black Lives Matter ont lancé leurs propres hashtags, tels que : #BlueLivesMatter, en soutien aux policiers,

#WhiteLivesMatter, dont le nom parle de lui-même,

#WhiteOutWednesday, en réponse au #BlackOutTuesday, message diffusé la veille en soutien à la communauté Afro-américaine. 

Ces hashtags se sont eux aussi retrouvés remplis de « fancams ». 

Il suffit de jeter un oeil aux tweets marqués du hashtag #WhiteLivesMatter où les photos et vidéos d’artistes K-POP y sont légion.

En collectant 1 million de dollars :

Le 6 juin, le groupe BTS et son label ont exprimé leur soutien au mouvement et ont donné 1 million de dollars à l’association Black Lives Matter. C’est à ce moment là que la communauté de fans de BTS s’est donné un défi : égaliser le don du groupe.  En 24 heures, la BTS Army a pu réunir 1,3 million de dollars. Cette somme a été atteinte en une journée grâce aux promesses de dons par plus de 35 000 personnes et a été versée au mouvement antiraciste américain.

 – En sabotant le meeting de Donald Trump :

Le 20 juin dernier, les fans de K-POP se sont encore mobilisés dans le but de saboter un meeting de Donald Trump à Tulsa dans l’Oklahoma, le rendez-vous avec lequel le président des Etats-Unis espérait donner un nouveau souffle à sa campagne électorale.  Quelques jours auparavant, l’équipe Trump avait encouragé ses militants à s’inscrire depuis leur mobile. D’après le New York Times, des fans de K-POP ont alors partagé le message en masse, incitant les autres fans à s’inscrire, sans avoir l’intention de s’y rendre. Ils ont donc été nombreux à avoir réservé des centaines de places au BOK Center (19 000 places). Un plan plutôt machiavélique !

Sur place les observateurs ont pu constater une salle loin d’être pleine, alors que l’équipe de campagne du président américain avait prédit un record d’affluence. En effet, une semaine avant l’évènement, le responsable de la campagne de Donald Trump avait annoncé que plus d’un million de tickets avaient été distribués en vue du meeting. 

L’action a beaucoup fait réagir sur les réseaux sociaux, dont une élu Démocrate, Alexandria Ocasio-Cortez : 

 

Une industrie à succès qui dépasse de loin la sphère artistique et va même jusqu’à booster le tourisme en Corée du Sud, une communauté qui rivalise d’inventivité pour mettre sa force de frappe au service de causes qui lui sont chères : qui arrêtera la K-Pop Army ? Formée aux actions pointues, coordonnées et passionnées sur les réseaux sociaux, elle utilise maintenant ses compétences à des fins nouvelles, et ce n’est probablement que le début. Army à suivre.

 

Sources : 

BFM TV

Data News

France24

Konbini 

LADN

La Tribune

Le Monde

Libération

Over-blog (Stella Houareau)

Planete-Coree

Sud Ouest

Vikidia

Wikipedia

 

Laisser un commentaire.