Facebook est mort, vive Meta ?

Digitalisation

23 mar, 2022

Depuis l’année dernière, il semble qu’on ne puisse plus ouvrir un article de tech qui ne parle pas de metaverse. Annoncé comme le futur d’Internet, ce mot a un usage relativement flou pour l’instant, couvrant des jeux vidéos ultra-populaires comme Fortnite, d’autres presque obsolètes comme Second Life, des possibilités d’achat de “terrain” (virtuel) dans Decentraland, de visite de lieux physiques réels distants avec Matterport… 

Le metaverse, c’est quoi? 

 

Capture d’écran 2022 03 22 à 13.27.02 Facebook est mort, vive Meta ?

Derrière le mot “metaverse”, des conceptions et attentes différentes se cachent, rendant une définition précise difficile à trouver. On peut néanmoins la résumer comme une nouvelle étape dans l’interfaçage entre le monde physique et les mondes numériques, qui permettrait de créer des expériences immersives et révolutionner la manière dont on utilise nos espaces digitaux.

Cette vision d’accès à un monde numérique qui brouille les frontières entre le physique et le digital n’est pas nouvelle, mais semble désormais à portée de main grâce à plusieurs évolutions majeures de ces dernières années:

–  le développement technologique et la baisse de prix d’appareils comme les casques VR et lunettes AR,

– l’utilisation massive de la technologie de la blockchain permettant de stocker et transmettre de l’information sans organe central de contrôle et d’enregistrement (et donc de sécuriser cette information), 

– l’habitude prise de communiquer et collaborer sans contact physique à cause de la pandémie mondiale , 

– et de manière plus générale la baisse des coûts de data à travers le monde, qui rendent envisageable l’utilisation de technologies toujours plus gourmandes en données. 

L’obsession de Facebook pour le métaverse

 

dima solomin yIT9HO8UrPA unsplash 11 Facebook est mort, vive Meta ?

Pour la plupart d’entre nous, le concept de métaverse est devenu omniprésent suite au rebranding de la compagnie-mère de Facebook en Meta en octobre 2021. Même si les raisons de ce virage dans l’histoire de Facebook/Meta sont nombreuses, beaucoup d’observateurs ont rapproché cette évolution de la stratégie du géant du numérique avec les problèmes croissants qu’il rencontre dans son business model historique. 

En effet, Facebook génère l’immense majorité de son revenu par la vente d’espaces publicitaires à ses clients professionnels. Grâce à l’immense base d’utilisateurs de ses réseaux sociaux Meta obtient des données précises sur un grand nombre de personnes, données qui à leur tour permettent aux marques de cibler des audiences pour leurs publicités. 

Ce modèle historique est désormais remis en cause: en juillet 2021, Apple a lancé de nouvelles fonctionnalités (App Tracking Transparency), qui permettent aux utilisateurs de restreindre la collecte de données par les applications et sites visités sur un iPhone. En février 2022, Google a annoncé un changement similaire pour les utilisateurs Android. Cette évolution majeure pour les deux OS dominantes du marché explique la volonté assumée d’évoluer vers un nouvelle étape pour Meta. L’entreprise va cependant avoir à relever des défis importants, dont notamment les quatre suivants. 

Les 4 questions pour le métaverse de Facebook

 

 Facebook est mort, vive Meta ?

La question des devices

Parmi les piliers de la construction de la nouvelle mission de Meta figure Oculus racheté en 2014 et rebaptisé Reality Labs, qui est devenu depuis la référence grand public des casques de réalité virtuelle. La vision du metaverse de Facebook s’appuie donc sur ce device, qui représente un pari important et non-négligeable. Les ventes des casques de réalité virtuelle (et des modèles de Meta en particulier) connaissent une croissance importante, mais son adoption par les utilisateurs finaux reste relativement timide. 

Certains problèmes majeurs avec la nécessité de porter des appareils sur le visage n’ont pas été résolus, et notamment l’inconfort de l’utilisation sur une longue durée, l’impossibilité de l’utiliser autre part que chez soi (contrairement à des handheld devices comme le téléphone portable), et la coupure avec son environnement physique que représente un casque de VR. Pour Meta, il reste donc à prouver qu’ils peuvent apporter une réponse satisfaisante à la question du device.

De la modération de contenu à celle des comportements

La question de la modération de contenu est centrale pour Meta, qui est régulièrement critiqué pour avoir failli à supprimer du contenu d’utilisateur problématique, contraire à leurs conditions d’utilisation, ou même illégal. Meta, comme les autres gérants de plateformes à échelle mondiale, est en effet confronté à deux problèmes majeurs: 

– un volume de contenu impressionnant (plus de 300 millions de photos chaque jour sur Facebook, plus d’un demi-million de commentaires par heure) qui les contraint les à utiliser des systèmes automatiques qui peuvent manquer en nuance et compréhension du contexte, menant à des erreurs parfois dramatiques.

– la difficulté de trouver des règles communes sur une plateforme qui rassemble des milliards d’utilisateurs de cultures et de systèmes légaux différents.

Ce casse-tête ne devrait que s’intensifier dans le métaverse: de la modération de contenu posté par les utilisateurs (déjà très sensible culturellement et politiquement), on passera à la modération du comportement des utilisateurs dans les espaces immersifs. Cette nouvelle exigence de modération promet de soulever des débats sur les normes à appliquer encore plus virulents qu’actuellement.

Sans interopérabilité, des metaverses fragmentés 

Les briques de création du metaverse tel qu’on les perçoit aujourd’hui sont très différentes de celles qui ont permis la création d’Internet et du web. Les principes techniques sur lesquels fonctionnent toujours Internet et le web (très notamment le protocole TCP-IP et l’hyperlien) ont été développés par des pouvoirs publics, et selon des objectifs de performance du système et de facilité d’interconnexions. Cette neutralité technique a garanti une interopérabilité entre les différentes bases de données, sites et applications, permettant à l’utilisateur de naviguer facilement. 

Ici, on assiste à un changement fondamental: les grands acteurs qui cherchent à mettre en pratique leur vision du metaverse sont des acteurs privés, qui développent pour l’instant des visions parallèles mais qui ne sont pas nécessairement reliées par un même ensemble de protocoles techniques. Ce manque potentiel d’interopérabilité peut largement réduire le potentiel du (ou des) métaverse(s), en n’offrant que des expériences utilisateur segmentées entre des environnements séparés. 

La question environnementale 

Enfin, Meta comme les autres acteurs des metaverses devront pouvoir apporter des réponses au problème environnemental généré par les metaverses. La contribution des appareils, de l’Internet et des systèmes qui le supportent à notre empreinte carbone mondiale représente déjà autant que l’ensemble de l’industrie aéronautique. 

Avec des environnements toujours plus gourmands en énergie et en données générées et stockées, et des économies toujours plus dépendantes de ces systèmes, l’empreinte carbone et énergétique du metaverse promet de devenir rapidement un problème environnemental majeur. 

L’évolution de Meta vers un acteur majeur du metaverse est donc bien enclenchée, pour répondre à la menace actuelle au business model de l’entreprise. Pourtant, de nombreuses questions restent pour l’instant en suspens quant à ses chances de réussite et son impact sur nos vies. Les réponses que Meta y apportera contribueront à décider de l’impact réel que le metaverse aura sur ses utilisateurs. 

Sources : 

 

https://www.wired.com/story/what-is-the-metaverse/ 

https://www.polygon.com/22959860/metaverse-explained-video-games 

https://www.ofcom.org.uk/__data/assets/pdf_file/0013/222331/Pricing-trends-for-communications-services-in-the-UK.pdf 

https://about.fb.com/news/2021/10/facebook-company-is-now-meta/ 

​​https://www.forbes.com/sites/kateoflahertyuk/2021/11/06/apples-new-iphone-privacy-features-cost-facebook-10-billion/?sh=88e492531cd5 

https://fortune.com/2022/02/16/google-privacy-changes-android-facebook-ads-meta/ 

https://theiabm.org/wp-content/uploads/2020/07/Adoptions-Trends-Report-Immersive-2020-1.pdf

https://www.climatecare.org/resources/news/infographic-carbon-footprint-internet/ 

https://venturebeat.com/2022/01/26/the-environmental-impact-of-the-metaverse/

Laisser un commentaire.