Retour vers le futur : Le Web 1.0


User Experience

Pourquoi s’intéresser au web de ces 20 dernières années ? Sans doute parce qu’il est intéressant de noter à quel point cette technologie a vite évolué. Le fameux web 1.0, qui rappelle en réalité qu’il n’y a pas eu un web mais bien des générations de web très différentes.

Disclaimer : ce billet n’a pas vocation à apporter un regard expert sur un sujet d’actualité. Il s’agit plutôt d’une rétrospective subjective sur le web 1.0 tel que vécu en tant qu’utilisateur ou collaborateur travaillant dans une agence web.

 

Années 95 – 2000 — une technologie venue d’ailleurs…

Point de vue Utilisateur

Je me souviens de cette époque et plus précisément d’un samedi après-midi en 1995, mon meilleur ami de l’époque, qui vivait encore chez ses parents, me dit :

« Viens voir, on va sur Internet »

« Sur quoi ? »

« Sur la toile, sur internet quoi ». On parlait aussi « d’autoroute de l’information » à l’époque…

01 mosaic logo Retour vers le futur : Le Web 1.0 02 mosaic 300x282 Retour vers le futur : Le Web 1.0

Logo et interface de Mosaic, le premier navigateur web

 

C’était la première fois que j’entendais ce terme, on a allume donc l’Apple 2E de ses parents puis on démarre le modem dont le bruit caractéristique retentit :

Et là… magie. Ca y est. Nous étions sur le web. Des milliers de pages, un univers parallèle s’ouvrait à nous.

La session d’exploration du web a duré quelques minutes et puis nous avons dû arrêter car les coûts étaient prohibitifs. Un forfait mensuel de 200 francs + coût à la minute de navigation (au prix d’un appel local).

A l’époque, on effectuait des recherches sur des annuaires tels qu’Excite ou Yahoo, plutôt que sur des moteurs qui arriveront fin des années 2000 (Altavista, Hotbot).

De mémoire, la connexion bougeait une 1 fois sur 3 à l’époque. Les pages html,  bien que très légères comparées à celles d’aujourd’hui, connaissaient fréquemment un temps de chargement de 10 à 30 secondes.

Dans la 2ème partie des années 90, Internet suscite un engouement croissant mais personne ne sait vraiment quel va être l’impact de cette technologie. Tout le monde pressent qu’il sera immense.

A cette époque le web est caractérisé par 3 outils principaux :

—> le navigateur dans lequel on consulte principalement les annuaires et les moteurs de recherche pour trouver le site / l’information qui correspond à votre recherche.

Si les moteurs sont basés sur un algorithme d’indexation des pages (comme le fait Google aujourd’hui), les moteurs de l’époque sont extrêmement peu performants. On utilise fréquemment Excite, Magellan, iInfoseek, Lycos, Hotbot ou Altavista. Ces 2 derniers sont sans doute meilleurs que les autres, mais aucun moteur ne propose un algorithme vraiment puissant.

03 128px Netscape icon.svg  Retour vers le futur : Le Web 1.0 04 570px Netscape navigator usage data.svg  300x152 Retour vers le futur : Le Web 1.0

Logo et parts de marché de Netcape Navigator, le navigateur qui a supplanté Mosaic

 

Les annuaires, quant à eux, font appel une intervention humaine pour classer les sites par catégories et sous catégories, le plus connu d’entre eux étant Yahoo. Cette méthode d’indexation s’est avérée extrêmement archaique.

—> la boite de messageriede nombreux acteurs se positionneront dessus, comme Caramail ou Hotmail (racheté alors par Microsoft).

—> Les messageries instantanées de type IRC : elles bénéficient de navigateur de messagerie et permettent déjà de « chatter ». mIRC est la plus connue d’entre elles.

05 imgres Retour vers le futur : Le Web 1.0

Capture d’écran de la solution mIRC

 

Point de vue Agence

Les marques font appel aux agences pour créer en priorité des sites constitués de pages statiques la plupart du temps, c’est l’époque reine des webmasters.

Très peu de sites sont dynamiques à l’époque, et la maintenance et la mise à jour des sites nécessitent du temps (coder chaque page à la main) et des compétences alors peu répandues (maîtriser le html 3.2 et la découpe sous Photoshop). Les responsables des grandes marques sont perdus sur ce nouveau « support » et ne savent pas nécessairement quelle stratégie adopter.

De nombreuses agences voient le jour sur ce marché de la communication digitale qui constitue une véritable ruée vers l’or. Il n’est pas rare de facturer à des clients 200 000 francs H.T. pour la direction artistique de 5 pages web.

Fin des années 90, les sites commencent à être  dynamiques. C’est l’âge d’or des solutions propriétaires en l’absence de véritables frame work / langage open source puissant (tel que PHP). Des projets colossaux voient le jour sur des logiciels parfois coûteux tels que :

—>  Vignette pour la gestion de contenu (Lemonde.fr est mis en place avec cette solution de gestion de contenu).

—>  Intershop pour le e-commerce ou encore Microsoft Commerce Server

 

06 slide2 300x225 Retour vers le futur : Le Web 1.0 07 Yahoo 2000 284x300 Retour vers le futur : Le Web 1.0

Interface Accueil Yahoo! en 1995 et Interface Accueil Yahoo! en 2000

 

 

Années 2000 – 2001 — La mode des OO et la bulle Internet qui explose 

Les années 2000 et 2001 ont été une parenthèse effervescente.

De nombreuses start-up se lèvent, des millions, c’est la mode des noms en OO, qui s’inspire de Yahoo!. Des entrepreneurs imaginant des business models parfois douteux réussissent à lever des millions d’euros.

On peut citer notamment, spartoo.com, onatoo.com, kelkoo.com…

Tout s’arrête en septembre 2001 et l’activité des agences web connaîtra 4 années de croissance en berne avant de retrouver des chiffres d’affaires équivalents à ceux du début des années 2000.

 

Années 2001 – 2004 — Le web se professionnalise se démocratise

Les agences se professionnalisent, parfois se spécialisent et de nouveaux métiers apparaissent.

—> Ergonome web

—> Consultant en référencement

—> Webdesigner

—> Consultant web.

Autrefois multi-casquettes, les collaborateurs se spécialisent.

C’est également l’heure de la rationalisation des coûts des prestations.

 

De nombreux agences web qui ont misé sur la croissance pour se déployer à l’international disparaissent ou rencontrent de fortes difficultés, comme Himalaya ou Babel@stal.

 

Années 2005 – 2015 — Le web se socialise… et on connaît la suite

On peut parler d’avènement du web2.0 et du haut débit dans le foyer avec notamment l’arrivée de la  vidéo sur le web. On pense notamment à :

  • La naissance de YouTube (2006) et Dailymotion (2006)

  • Le décollage fulgurant de Twitter (2006) et Facebook (2007)

  • Le lancement de l’iPhone (2007) qui entérine la possibilité d’un web mobile longtemps fantasmé avec les technologies wap et imode dans les années 2000.

  • La montée en puissance de nouveaux modèles : TripAdvisor – Uber – Airbnb

etc (il est évidement impossible de dresser une liste exhaustive des faits marquants)

08 capture014 225x300 Retour vers le futur : Le Web 1.0

Interface sfr sous WAP

 

Dans ce contexte, le métier des agences digitales a fondement changé. La technologie beaucoup plus puissante offre beaucoup de possibilités en terme marketing et communication mais ceci va de pair avec une génération d’internautes beaucoup plus avertis et exigeants.

 

Rappeler en quelques faits quelle a été notre expérience du web sur ces 20 dernières années est l’occasion de prendre du recul et peut-être de se projeter sur ce qui nous attend demain.

Nous n’en sommes qu’au début…

Laisser un commentaire