Les objets connectés


User Experience

Etat des lieux

Depuis 2 ans maintenant, les objets connectés se font une place de choix parmi notre vocabulaire et notre quotidien. Et ce, malgré le fait que la plupart d’entre nous échoue quand il s’agit d’en nommer un ou ne serait-ce que de démontrer en quoi cet objet est connecté.
Pourtant des objets que la plupart d’entre vous possèdent comme les smartphones, tablettes et autres PC portables constituent les objets connectés les plus courants de notre quotidien.

Si l’on devait donc le définir, l’objet connecté (ou l’internet des objets) serait une représentation de l’extension d’internet à des choses et à des lieux, passant du monde virtuel au monde physique .

150x150 Les objets connectés

Prenons maintenant comme exemple l’un des pionniers en matière d’objet connecté : le lapin Nabaztag. Ce gentil mammifère devenu “Karotz” depuis 2011 permet via une connexion wifi de nous fournir toute une palette de services. Des prévisions météorologiques, au réveil matin en passant par les alertes mails, ces petits objets nous délivrent de nombreuses informations directement depuis la toile.

 

Des objets connectés oui, mais intelligents c’est encore mieux !

Mais outre le fait de s’accorder sur le principe “d’objet connecté”, ce dernier n’en est pas pour autant “intelligent”. Car le fait qu’un objet communique sa position ou son statut ne rend pas l’utilisateur qui le gère ou le manipule plus intelligent.

D’ici 2020, 50 milliards d’objets seront connectés mais auront-ils un réel bénéfice pour l’utilisateur s’ils ne sont pas dotés de cette AI permettant une analyse en temps réel et/ou prédictive ?

Partons à Los Angeles, lors du dernier CES 2013, à la découverte, entre autres, de l’HAPIfork, “la fourchette qui vous aide à perdre du poids”.

790x279 Les objets connectés

Son inventeur part du constat que la prise de poids est due en partie au peu de temps que nous nous accordons chaque jour pour manger. Cette fourchette émet donc des vibrations lorsque votre rythme « assiette-bouche » est trop élevé. L’intelligence de cet objet réside dans la collecte des données de votre repas et dans la prodigation de conseils concernant le choix de votre prochain plat ou encore la mise en place automatique d’objectifs de perte de poids.

 

Le risque de dépendance aux datas et réseaux toujours plus élevé

790x279 2 Les objets connectés

Bien que nous ne soyons pas encore en mesure de connaître l’ensemble des bénéfices que ces objets pourront nous apporter, il est clair que ces nouveaux usages poseront, une fois de plus, le problème de notre dépendance aux datas. Ces objets censés être connectés en tous temps pour produire des données fiables et exploitables devront bien évidemment être reliés à des dispositifs capables de traiter l’information. C’est une des conditions sine qua non pour que l’utilité de tels objets ne soit pas remise en cause.

Parlons également de la question de l’interconnectivité de ces objets. En effet, vous n’êtes pas sans savoir que le nombre d’adresses IP est mis à mal par la multitude de terminaux aujourd’hui reliés. Heureusement des solutions existent tel que le protocole IPv6 qui permet un nombre d’adresses IP à travers le monde quasi infinitésimal.

Le LI-FI pour Light-Fidelity est également en lice pour le transport des datas. Cette nouvelle technologie (qui bénéficiera d’un article entier dans les prochaines semaines ndlr) permet d’émettre de la DATA via une simple LED clignotante à une vitesse imperceptible pour l’oeil humain. Exit les problèmes concernant les radiations électromagnétiques dangereuses pour la santé, seulement de simples ampoules permettant de capter partout même à l’intérieur des bâtiments, et des vitesses de connexions de l’ordre de centaines de Mbits/s.

 

La DISKO’s vision

Chez Disko, on fourmille déjà d’idées d’applications associées à ces objets connectés ! D’ailleurs certaines de nos plantes vertes auraient bien besoin d’un capteur relié à un tableau de bord personnalisé afin de s’assurer qu’elles seront arrosées en fonction de la température ambiante, du pourcentage d’humidité et de l’indice de luminosité !

Nous imaginons également des applications santé, sportives et bien d’autres, qui, couplées à nos outils analytics aideront, au quotidien, les utilisateurs à recevoir des informations personnalisées grâce à leurs objets. Keep Connected 😉

 

Laisser un commentaire