Feu la ligne de flottaison


User Experience

Avec les nouveaux supports, les nouveaux usages, les nouveaux standards, la conception d’interfaces utilisateur a énormément changé ces dernières années. DISKO rappelait déjà il y a quelques temps que certaines idées reçues de l’expérience utilisateur avaient pris un bon coup de vieux.  Aujourd’hui, nous nous attaquons plus en détail à l’un de ces derniers mythes en place : la ligne de flottaison. Cette ligne de défense, que l’on croyait infranchissable, se révèle aujourd’hui inutile et désuète. Voyons pourquoi cette ligne Maginot du web est définitivement remise en cause.

 

Petite définition de la ligne de flottaison

La ligne de flottaison est « la ligne qui sépare la partie d’une page Web visible lors du chargement de la partie invisible qui est accessible uniquement avec l’utilisation de la barre de défilement. »

Ainsi, pendant des années, l’un des fondamentaux du webdesign était de faire tenir l’essentiel des informations d’un site web sur l’écran de l’utilisateur sans qu’il ait besoin de scroller. Il fallait optimiser le contenu présent au dessus de cette ligne car les internautes étaient supposés ne consulter que cette partie émergée des sites internet.

Cette définition est aujourd’hui malmenée. Il est en effet quasi impossible de définir une position réelle à cette ligne. Avec la diversité des barres de favoris des navigateurs et la multiplication des tailles d’écran, il est vain de vouloir déterminer où se trouve cette ligne.

 

 

Aujourd’hui, sur internet, les internautes scrollent

Des études récentes montrent que le comportement des utilisateurs a changé et que l’action de « scroller » est devenue naturelle (ce qui n’était pas forcement le cas au début de l’arrivée des ordinateurs personnels dans les foyers). Certaines études montrent même que la plupart des visiteurs scrollent avant même que la page n’ait terminé de charger.

Capture d’écran 2014 12 14 à 20.53.55 Feu la ligne de flottaison

Source : http://blog.chartbeat.com/2013/08/12/scroll-behavior-across-the-web/

Depuis l’arrivée des smartphones et tablettes, scroller est devenu quasiment indispensable du fait de la plus petite surface des appareils. Le réflexe s’est naturellement porté aux usages Desktop. La consultation des gros sites du web nous acculture aussi au scroll “facile”,  Facebook, Twitter, G+ sans scroller n’ont aucun sens. Le matériel et l’expérience nous habituent au web vertical !

 

Bonnes pratiques UX dans ce nouveau contexte

Ainsi, au lieu de vouloir comprimer l’ensemble des informations d’un site au dessus de cette fameuse ligne, une meilleure approche est d’utiliser la partie supérieure de la page pour conduire naturellement l’utilisateur à explorer le reste du contenu.

Comme le montre le ténor de l’UX Luke Wroblewski, les raisons qui peuvent mener les utilisateurs à ne pas scroller s’expliquent par des layouts de page qui laissent croire que le contenu de la page est terminé.

Capture d’écran 2014 12 14 à 20.36.41 Feu la ligne de flottaison

Source : https://storify.com/lukew/on-scrolling

 

Il convient donc de construire et hiérarchiser correctement vos pages pour laisser deviner la suite du contenu. Alors les internautes n’auront aucun problème à utiliser la barre de défilement pour accéder au reste du contenu. La récente recherche menée par l’agence Huge révèle bien que des repères graphiques correctement placés sur une page optimiseront à 100% le nombre d’utilisateurs scrollant votre page.
Capture d’écran 2014 12 14 à 20.21.32 Feu la ligne de flottaison

Source : http://www.hugeinc.com/ideas/perspective/everybody-scrolls

Ce discours doit être complété par la question des objectifs assignés à chaque site. Ainsi, pour les pages avec une dimension de conversion/mise au panier, de « onboarding », il convient de laisser les CTA/prix au dessus de la ligne de flottaison.

 

Pour conclure, il apparaît assez clairement que la ligne de flottaison est un concept qui n’a plus de raison d’exister. Avec sa disparition, c’est en quelque sorte une page du web qui se tourne. Comme nous le faisons chez DISKO, il est indispensable de prendre en compte cette nouvelle réalité et d’adapter les bonnes pratiques aux méthodes de conception et réalisation de sites web.

 

Laisser un commentaire