Le Meme : l’humour né du web


Social Media

Comme un virus, le « Meme » évolue rapidement, change de forme, s’adapte aux différents environnements. Si on pouvait encore lui donner un nom et une image il y a un an, c’est difficilement le cas aujourd’hui.

Un « Meme », c’est une création à but humoristique qui se diffuse et se décline à l’infini.

Le Nyancat est un « Meme », autant que les Chuck Norris facts, Y U NO ou Pedobear…

On distingue différentes catégories, mais sa force réside dans la liberté de sa forme. Disons vulgairement que c’est un « délire collégial ». Une private joke de la communauté web mondiale. On trouve une idée de départ et chacun vient y ajouter sa goutte, son interprétation.

On retrouvait déjà, à la lointaine époque de la télévision, le phénomène de buzz dans la pub. On se rappelle tous de certains spots pub par leurs concepts et leur diffusion massive.

Mais voici de nouvelles formes d’humour que le web a développé :

 

L’HUMOUR WTF

Le 1er janvier 2013,  Nyan Cat comptabilisait 90,589,691 vues.

Qui aurait pu prédire que l’absurde prendrait cette ampleur ? Imaginez l’infini désarroi des concepteurs pub, s’éreintant à trouver des concepts, qui voient leurs statistiques 1000 fois inférieures à la vidéo d’un gros chat qui glisse sur le rebord d’une fenêtre. Difficile à digérer !

La sociologue Danah Boyd a dit : « Les Memes sont les hackers de l’économie d’attention. (…) Une sub-culture anarchisante dans un environnement médiatisé où les marketeurs ont pris le pouvoir ». L’économie d’attention, c’est le nouveau terrain de jeu du marketing. Sur le web, attirer le regard est l’objectif principal, alors on met de la pub partout, chaque clic doit être utile, rentable, contrôlé.

L’humour WTF n’est peut être que le résultat d’une réaction à cette omniprésence commerciale sur internet. Un ras-le-bol général de voir une intention marketing derrière toute chose. L’absurde se présenterait comme libérateur : « rions simplement, sans aucune sollicitation ».

L’envie de rire pour rien, pour tout, pour n’importe quoi. Et surtout, c’est là tout le principe du « Meme », de le diffuser pour un rire commun.

Car l’essence même du « Meme », c’est le partage. Le « Meme » n’est qu’un support quasi-vierge qui n’appelle qu’à être personnalisé, décliné et ré-imaginé.

Sa cible : la communauté web (plutôt jeune aujourd’hui) : un public sans frontière ni drapeau, simplement lié par l’envie de rire ensemble.

Son objectif : être diffusé, partagé, approprié par tous.

blog1 176x300 Le Meme : lhumour né du web

 

 LE GIF ANIMÉ

L’un des plus vieux formats du Monde fait son retour en force. Plus commode à diffuser que la vidéo, le phénomène « Même » a vu dans ce format le meilleur moyen de diffuser les « Memes » animés.

Est alors née une tendance à illustrer, à caricaturer une émotion, une réaction, un état d’esprit sous forme de GIF. Illustrer son propos de façon « cartoon ».

Il est envisageable que ce mode d’expression, excessif dans sa forme, soit le résultat de la frustration de communiquer par chat. Depuis une dizaine d’années, on envoie des SMS ou des e-mails, ou on discute par chat. Les émotions sont transmises par écrit, sans voir l’émetteur, ce qui créée quelque fois de gros quiproquos !

Soudain on croûle sous les GIFS animés d’acteurs en pleine grimace, d’animaux aux réactions excessives, de danse, de chant, de rires, de crises de colère, de zooms, d’explosions… Un désir flagrant d’exprimer son propos de façon excessive, démesurée et d’illustrer de façon factuelle une émotion. On utilise les GIFs comme on utilisait les smileys. Ils habillent et ramène de la vie dans la discussion.

Ces excès d’émotion amusent, soulagent et libèrent.

 

Les marques commencent tout juste à adopter ce langage générationnel. Une façon de montrer que l’on peut communiquer avec beaucoup d’humour et se détacher de toutes ses obligations marketing pour profiter pleinement de la liberté conversationnelle du web ! D’ailleurs chez Disko, on approuve à 200 % !!

chuck norris approved Le Meme : lhumour né du web

 

Laisser un commentaire